L’Agence du Numérique propose dans le cadre de l’étude numérique et environnement quatre domaines d’action visant à mettre en place des actions Green IT et IT 4 Green. Ces domaines d’action sont les suivants: systèmes de production durables, solutions et usages numériques plus respectueux de l’environnement, mobilisation des acteurs dans l’économie circulaire et fonctionnelle, et le dernier, circularité et valorisation des ressources et des matériaux.

L'Agence du Numérique a été mandatée en 2021, par le Ministre de l'Economie et du Numérique, pour la réalisation d'une étude sur les impacts environnementaux et climatiques des outils numériques en vue de proposer des pistes de recommandations, dans le cadre de Digital Wallonia.

Ce dossier est divisé en plusieurs articles présente les différentes parties de l'étude :

Critères de sélection


Afin de proposer des recommandations permettant à la Wallonie de se positionner sur la thématique numérique et environnement, des domaines d'action sont sélectionnés avec une portée à court, moyen et long terme.

Ils résultent d'un processus de réflexions, de consultations des stratégies régionales et des inputs des acteurs. Le but est de proposer des domaines d’actions qui correspondent concrètement au niveau de maturité wallon et de ses besoins. Dans le choix de ces domaines, différents critères ont été pris en compte afin que les recommandations soient alignées à la réalité wallonne, à sa vision et à son développement.

Critère 1 : Déclaration politique régionale wallonne 2019-2024

La thématique numérique et environnement s’inscrit dans les ambitions écologiques et économiques de la DPR. Même s’il n’existe pas un chapitre explicitement dédié à des ambitions alliant directement le numérique et l’environnement, les chapitres 6 (économie circulaire et régénératrice) et 8 (numérique) s’alignent avec cette nouvelle transition numérique plus soucieuse de son empreinte environnementale. D’autres chapitres peuvent aussi s’aligner avec cette dernière comme l’énergie par exemple.

Critère 2 : Stratégie de spécialisation wallonne S3

Le numérique est défini comme un facteur transversal stratégique dans l’atteinte des ambitions et des aires stratégiques des cinq domaines d’innovations stratégiques de la stratégie de spécialisation wallonne S3. Le lien entre le numérique et l’environnement est clairement identifié dans plusieurs ambitions. Il constitue donc un des éléments clés à soutenir en termes de recherche, d’innovation et de développement d’ici 2030. La prise en compte de cette dimension soutient par ailleurs la position concurrentielle de la Wallonie dans les chaines de valeur prioritaires internationales.

Critère 3 : Stratégie régionale Circular Wallonia

La démonstration, l’innovation et le numérique représentent des facteurs stratégiques dans le déploiement de l’économie circulaire. D’un côté, les outils et usages numériques constituent des leviers ou des accélérateurs pour mettre en œuvre la transition vers l’économie circulaire. De l’autre, les gains de productivité sur les ressources apportées par l’économie circulaire ainsi que la récupération et la valorisation des matières contenues dans le matériel électronique (entre autres métaux et terres rares) sont indispensables afin de permettre aux citoyens de bénéficier du potentiel de la révolution numérique tout en respectant les limites de la planète.

Critère 4 : Stratégie régionale Digital Wallonia

La stratégie Digital Wallonia définit le cadre des orientations que la Wallonie doit emprunter pour saisir les opportunités socio-économiques de la transformation numérique. Les transitions numériques et environnementales s’inscrivent dans la promotion du secteur numérique afin de saisir toutes les opportunités générées par les technologies, surtout les technologies avancées. La stratégie Digital Wallonia capitalise aussi sur la transition numérique visant à accélérer la transformation et la maturité numérique des entreprises.

Dans sa nouvelle version, la stratégie numérique propose le programme "IT et IT 4 green" dédié au sujet. D'autre part, différents projets sont mis en place afin de renforcer la thématique numérique et environnement : cartographie des acteurs numériques actifs dans le green IT, dans l’économie circulaire, dans l’énergie et dans la construction durable, les programmes Industrie du Futur, construction 4.0 et Smart Farming. La plateforme Digital Wallonia joue un rôle stratégique dans Circular Wallonia, notamment à travers sa contribution dans le Digital Monitoring Tool et dans la plateforme de l’économie circulaire.

Critère 5 : Constats de l'étude et recommandations des experts

Sachant que toute mise en place de domaines d’actions nécessite des pré-requis, le choix des domaines sélectionnés prend aussi en compte les recommandations formulées par les acteurs scientifiques et les entreprises de conseil qui ont développé l’étude numérique et environnement.

Quatre domaines d'actions stratégiques pour la Wallonie


Positionnement Domaines d'Action Modèle Hilty (étude AdN pour Digital Wallonia)

Les domaines d'actions apportent de réelles solutions Green IT et IT 4 Green afin de soutenir un changement progressif des modes de production, de consommation et d'usage. Ils assurent aussi une implication active des acteurs de l'écosystème wallon afin d'encourager à plus d'innovation et de recherche. Enfin, les domaines restent cohérents avec les principaux enjeux définis dans le cadre des stratégies régionales afin de capitaliser sur les axes prioritaires à amplifier d'ici 2030.

Pour assurer une montée en puissance des expertises, différentes actions sont définies sur une échelle temporelle allant du moyen au long terme. Ces actions constituent des composantes essentielles adaptées au contexte wallon, à ses forces et à ses faiblesses.

Cartographie des actions et sous actions retenues (étude AdN pour Digital Wallonia)

Des systèmes de production plus durables


Le  dernier rapport  du GIEC (groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) stipule que la moitié des émissions de gaz à effet de serre GES est générée par les activités économiques et industrielles.  En 2019, la Wallonie a par ailleurs cumulé un taux de 30% de GES générés par son secteur industriel.

Rendre les systèmes de production plus durables permettrait de :

  • Garantir une position concurrentielle pour nos entreprises et de les inscrire pleinement dans les priorités et chaines de valeur européennes.
  • Réduire les GES générés durant les étapes de conception et de fabrication.
  • Agir au niveau de notre région afin d’accompagner les entreprises dans la réduction de l’empreinte écologique générée par leurs activités de production.
  • Capitaliser sur une multitude de mécanismes de financement, de diagnostics et d’écosystèmes numériques et sectoriels afin de créer une dynamique régionale.

Court terme. Accélérer la modernisation des processus de production des entreprises wallonnes

La maturité numérique des processus de production est nécessaire afin de soutenir une réduction de l’empreinte environnementale dans les processus de fabrication grâce au numérique. Elle contribue à mettre le secteur de la demande en condition afin d’utiliser d’une manière efficiente, et à profit de l’écologie, les opportunités du numérique.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Tendre vers le zéro déchet dans les cycles de production.
  • Rationaliser la consommation énergétique et la réduction des déchets/rebuts grâce à l’optimisation et au paramétrage de précision.
  • Gain de temps, de coût et d’efficacité : moins de pannes (proactivité) et prédiction des éventuelles défaillances (anticipation).

Moyen terme. Intégrer la dimension environnementale et circulaire dans les processus de production

La modernisation des processus de production et la maturité numérique ne suffisent pas à rendre cette étape du cycle de vie plus neutre pour notre environnement. Un engagement dans une stratégie d'entreprise plus environnementale et des changements internes doivent s’opérer en parallèle et d’une manière évolutive afin d’assurer une transition pérenne.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Réduction de l’empreinte environnementale liée au fonctionnement (démarches d’achats circulaires, prolongation de l’utilisation des équipements, meilleur traitement des déchets de fonctionnement, etc.) ;
  • Réduction de l’empreinte environnementale liée au cycle de production (réflexion autour du choix des matériaux utilisés et des fournisseurs, éco-conception des produits, indice de réparabilité, etc.) ;
  • Modernisation de l’image de l’industrie wallonne : tendre vers les industries bas-carbone ou éco-responsables, les éco-zonings, etc.

Long terme. Soutenir la RDI dans des technologies numériques au profit d'une industrie 4.0 à moindre impact environnemental

Pour garantir une modernisation plus neutre des activités de production en Wallonie, les entreprises wallonnes doivent renforcer leur collaboration avec le secteur numérique. L’objectif est de faire évoluer tant l’offre que la demande autour de nouvelles solutions technologiques avancées de sorte à stimuler des écosystèmes d’innovation rendant notre région plus attractive à l’international.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Amplifier et diversifier le secteur de l’offre numérique.
  • Renforcer l’attractivité et le positionnement du secteur numérique wallon spécialisé en industrie 4.0 à l’international.
  • Positionner la Wallonie comme un leader en technologies avancées au profit d’une industrie plus neutre et plus optimisée.

Vers des solutions et des usages numériques plus respectueux de l'environnement


Selon le dernier rapport de Green IT, le numérique mondial a représenté plus de 34 milliards d’équipements informatiques. Cela représente 179 millions de voitures de 1,3 tonnes ou 223 millions de tonnes.

Ceci est équivaut à 4,2% de la consommation d’énergie primaire, 3,8% des émissions de gaz à effet de serre (soit 1,5 milliard de salariés allant au travail tous les jours pendant 1 an), 5,5% de consommation d’électricité (soit 82 millions de radiateurs électriques allumés sans arrêt) et 0,2% de consommation d’eau (soit 242 milliards de packs d’eau minérale. A titre d’exemple, un ordinateur portable émet pendant son cycle de vie complet 230kg de Co2.

Dès lors, ce domaine d'action permet de :

  • Réduire l’empreinte carbone des équipements numériques produits et utilisés en Wallonie.
  • Continuer à être compétitif et à la pointe de la technologie, au niveau régional et à l’international, en anticipant les changements du marché.
  • S'inscrire pleinement dans une logique régionale d’économie circulaire (lutte contre l’obsolescence d’usage, recyclage, reconditionnement des équipements IT, GDAC, utilisation de nouveaux matériaux).
  • Réduire la dépendance internationale liée à la disponibilité des matériaux et des composants.

Court terme. Sobriété des usages numériques

L’objectif de cette action est de conscientiser et de responsabiliser les acteurs de l’impact de la manière et de l’intensité avec lesquelles ils utilisent le numérique. La sobriété des usages détermine des éco-gestes à petite ou à grande échelle qui réduisent l’empreinte environnementale du numérique.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Changement de comportement des consommateurs et des acheteurs.
  • Développement d’une nouvelle demande numérique plus durable qui incite l’offre numérique à innover et à adapter ses produits et services commercialisés.
  • Renforcer une mobilisation des acteurs autour d’une transition Green IT.

Moyen terme. Assurer la prolongation du cycle de vie des solutions numériques

En plus des éco-gestes et de l’optique de la sobriété numérique développée par les acteurs, la Wallonie doit développer tout un écosystème local et une chaine de valeur wallonne spécialisée dans le prolongement du cycle de vie de ces équipements en soutenant les filières locales de rachat, de recyclage, de réparation, de maintenance et de reconditionnement.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Un large choix diversifié des matériaux et équipements disponibles localement.
  • La relocalisation de tout un maillon de la chaine de valeur au niveau de la Wallonie permettant de réduire la dépendance internationale.
  • Une expertise wallonne confirmée dans la valorisation, le reconditionnement et le prolongement de la durée de vie des équipements numériques.

Long terme. RDI dans l'éco-conception et l'éco-design des solutions numériques

L’attrait européen vers l’optique Green IT dans la conception et la fabrication des équipements numériques démontre le potentiel concurrentiel à préparer le marché wallon à cette nouvelle demande à venir. Cela permet aussi de mieux les positionner à l’international sur des chaines de valeur qui s’imposeront à leur tour en Wallonie.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Montée en expertise des acteurs wallons dans la prise en compte de la dimension environnementale liée aux activités et offres numériques.
  • Créer de nouvelles opportunités d’emploi.
  • Accélérer l’innovation dans des solutions numériques plus durables et dans le changement progressif et inclusif de l’offre numérique wallonne (la prise en compte de la dimension environnementale devient la règle et un avantage concurrentiel).
  • Développement d’une nouvelle offre numérique alternative qui prend en compte son empreinte écologique.
  • Développement d’une expertise wallonne en Green IT.
  • Réduction des déchets des produits numériques en fin de vie ayant été conçus depuis moins de 5 ans.
  • Réduction de l’obsolescence programmée.

Mobilisation des acteurs autour de business modèles basés sur le partage et sur l'économie circulaire et fonctionnelle


S’inscrire dans une transition circulaire et fonctionnelle à l’échelle de la Wallonie nécessite une dynamique régionale et une mobilisation de ses acteurs autour de projets inspirants. Dans cette finalité, la stratégie Circular Wallonia met en place des actions visant à informer, éduquer et former tous les acteurs à l’économie circulaire. Cette volonté d’outiller et de mobiliser les acteurs est accrue dans le but de mettre en place une dynamique pérenne avec les acteurs de la région.

Dès lors, ce domaine d'action permet de :

  • S'inscrire dans la stratégie régionale de l’économie circulaire (actions visant à informer, éduquer et former les acteurs à l’économie circulaire en vue de renforcer une dynamique régionale pérenne).
  • Saisir toutes les opportunités économiques de l’économie fonctionnelle et circulaire.
  • Développer un des volets stratégiques de la DPR, de CW et de la S3.
  • Renforcer des modes de consommation, d’usages, de production et d’offres plus durables.

Court terme. Soutenir la sensibilisation, le partage et l'apprentissage

Afin de soutenir une transition circulaire et fonctionnelle, la Wallonie doit mobiliser ses acteurs publics, économiques et de développement autour de réseaux d’apprentissage et de partage de bonnes pratiques. Ces réseaux assurent une sensibilisation à la thématique et un transfert d’expertise et d’expérience facilitant par ce biais le développement de démarches volontaires.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Mettre l'accent sur les filières du réemploi, du recyclage, du traitement des déchets et de l’utilisation des nouveaux matériaux dans le cadre de Circular Wallonia.
  • Mieux valoriser les produits numériques en fin de vie et les composants électroniques.
  • S’inscrire pleinement dans la volonté de soutenir la réparation, la recyclage et l’éco-conception (DPR).
  • Saisir les opportunités économiques du développement d’un nouveau marché régional basé sur des circuits courts et des politiques de zéro déchet.

Moyen terme. Soutenir les démarches volontaires transversales

Cette action ambitionne d’encourager des initiatives bottom-up pouvant émerger d’acteurs de recherche, d’entreprises, de projets de pôles et d’acteurs d’innovation, mais aussi de parties civiles. Des projets d’envergures différentes sont à encourager depuis un projet territorial à une initiative citoyenne développée par le collectif d’un quartier.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Forte mobilisation des acteurs et une volonté confirmée de conduire et d’être acteur du changement.
  • Renforcement des partenariats et projets transversaux qui impliquent des parties diverses comme les usagers, les citoyens, les industriels, etc.
  • Émergence d’une nouvelle culture d’innovation et de créativité technologique avancée et de low tech au profit de la transition circulaire.
  • Renforcement d’un écosystème régional d’économie circulaire.
  • Meilleur positionnement de la Wallonie à l’international.
  • Développement d’un nouveau marché wallon plus circulaire.

Long terme. Encourager les dynamiques et partenariats internationaux

Afin de renforcer la position concurrentielle de la Wallonie dans des domaines de spécialisation pouvant aussi répondre à ses enjeux, elle doit, en priorité, renforcer la mobilisation des acteurs autour de chaines de valeur prioritaires. Ces dernières font référence aux chaines définies dans le cadre de Circular Wallonia et de l’industrie du futur. Elle doit aussi inciter ses acteurs à se lancer dans des dynamiques internationales et européennes.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Meilleur positionnement des entreprises sur les chaines de valeurs internationales.
  • Renforcement de la mobilisation des acteurs wallons dans des projets RDI européens ou internationaux.
  • Amélioration de l’image de la Wallonie à l’international : un territoire innovant au profit de l’économie circulaire, fonctionnelle et de partage.

Circularité, valorisation et réemploi des matériaux et des ressources


La Wallonie se distingue dans le recyclage et dans la valorisation des déchets. Cette force régionale a un impact significatif sur la réduction de la pollution liée à la logistique et au transport des matières premières depuis l’autre bout de la terre.

La pénurie des matières premières de composants touche plusieurs secteurs et marchés en Belgique. Il est essentiel de soutenir le recyclage et le réemploi afin d’augmenter en autonomie notamment à travers la substitution par des composantes alternatives (recyclées, reconditionnées, etc.). Le numérique peut être un important facilitateur en termes de techniques de traitement, mais aussi comme un moyen de maillage entre l’offre et la demande.

Dès lors, ce dernier domaine d'action permet de :

  • Mettre l'accent sur les filières du réemploi, du recyclage, du traitement des déchets et de l’utilisation des nouveaux matériaux dans le cadre de Circular Wallonia.
  • Mieux valoriser les produits numériques en fin de vie et les composants électroniques.
  • S’inscrire pleinement dans la volonté de soutenir la réparation, la recyclage et l’éco-conception, comme mentionnée dans la DPR.
  • Saisir les opportunités économiques du développement d’un nouveau marché régional basé sur des circuits courts et des politiques de zéro déchet.

Court terme. Développer des partenariats entre la filière du réemploi, du recyclage et du traitement des déchets et les industries

Il était, jusqu’ici, économiquement parlant plus avantageux aux entreprises de faire traiter leurs déchets à l’international. Les solutions wallonnes doivent donc être connues et valorisées de sorte à prendre connaissance de ce qui peut être traité localement de ce qui ne peut pas l’être.  Le développement de partenariats peut aussi à terme renforcer la filière du réemploi des déchets en fin de vie et plus particulièrement les déchets électriques et électroniques générés par le secteur numérique.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Allongement de la durée d’utilisation des équipements opérationnels.
  • Développement de sous-activités de réemploi des matériaux et des composants dans les processus internes des entreprises.
  • Développement du maillon de la chaine du réemploi et du recyclage des déchets en fin de vie, principalement électriques et électroniques, en Wallonie.
  • Réduction de la zone de chalandise liée au traitement des déchets en fin de vie.
  • Développement de solutions low tech qui réemploient les matériaux et déchets en fin de vie.

Moyen terme. Renforcer la RDI dans les technologies numériques de pointe de substitution, de traitement et de valorisation des matériaux

La Wallonie doit capitaliser sur les avancées technologiques numériques pour diversifier les techniques de traitement, de séparabilité des matériaux multicouches et de valorisation des déchets avec un taux élevé de pureté (afin d’en garantir la performance et les mêmes caractéristiques qu’une matière première).  A travers la RDI, notre région doit dans cette même lignée encourager les technologies additives et de nouvelles techniques permettant d'utiliser de nouveaux matériaux.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Renforcement de l’écosystème régional d’innovation et de recherche spécialisé en la matière.
  • Renforcement de la filière du réemploi et de la valorisation des déchets en fin de vie, principalement ceux issus de la fabrication des solutions numériques.
  • Positionnement de la Wallonie comme une bonne pratique européenne en termes de techniques de substitution (comme l’impression 3D de composants).
  • Développement et relocalisation de maillons de la chaine de valeur spécialisés dans le traitement des déchets en fin de vie.
  • Accroissement du nombre d’entreprises (industrielles) ayant intégré un système de valorisation et de réemploi automatisé des déchets et des matériaux.

Long terme. Renforcer une offre locale diversifiée de matériaux et de composants recyclés limitant l'approvisionnement international

L’accroissement du traitement des matériaux et des déchets devrait permettre de favoriser les circuits courts et tendre vers l’autosuffisance pour les composants déjà disponibles en Wallonie.  Ceci permet, entre autres, de répondre aux pénuries liées aux composants électroniques et électriques.

Les résultats attendus sont les suivants :

  • Amplification et diversification des matériaux recyclés et valorisés disponibles localement.
  • Augmentation de l’utilisation de matériaux recyclés dans les produits fabriqués par l’industrie, dont l’industrie IT.
  • Montée en expertise en RDI et techniques numériques de valorisation des déchets en fin de vie, dont les déchets générés par la fabrication de solutions numériques.

À propos de l'auteur.

Djida Bounazef


Agence du Numérique