L’étude numérique et environnement a consulté les acteurs stratégiques wallons à travers une enquête en ligne et un atelier d’idéation. Ceux-ci montrent un intérêt prononcé pour le rôle du numérique dans le déploiement des transitions circulaires et environnementales. Ils proposent différentes démarches pour soutenir une industrie optimisée et durable, des modes de consommation numérique plus éco-responsables et un déploiement accru de l’économie circulaire.

L'Agence du Numérique a été mandatée en 2021, par le Ministre de l'Economie et du Numérique, pour la réalisation d'une étude sur les impacts environnementaux et climatiques des outils numériques en vue de proposer des pistes de recommandations, dans le cadre de Digital Wallonia.

Ce dossier est divisé en plusieurs articles présente les différentes parties de l'étude :

Saisir toutes les opportunités du numérique pour une Wallonie plus durable


Une large consultation en ligne

L’enquête a récolté presque 200 répondants composés principalement par des PME wallonnes actives dans le numérique (40%), des agents actifs dans les écosystèmes numériques (21%), des associations et Asbl actives dans le numérique (9%) et de grandes entreprises du numérique (8%).

Profils des répondants à l'enquête en ligne (étude AdN pour Digital Wallonia)

Principaux résultats

  • 50% des acteurs wallons ayant répondu à l'enquête en ligne estiment que le numérique induit des impacts directs positifs sur l’environnement.
  • Presque 35% estiment que le numérique reste neutre par rapport à l’environnement. Cela veut dire que la balance est équilibrée entre les impacts positifs et négatifs.
  • Les acteurs spécialisés dans le numérique, ayant répondu à l'enquête, sont plus enclins à avoir une perception neutre et positive du numérique sur l'environnement comparativement aux autres répondants.
  • Les entreprises, ayant répondu à l'enquête, perçoivent plus d’impacts positifs sur l’environnement comparativement aux autres acteurs actifs dans les écosystèmes numériques.
  • 65% des répondants estiment que le numérique a un impact social positif sur la société et son développement. Cela est observé d'une manière plus accrue auprès des répondants non actifs dans le numérique.Sur base des domaines d'innovation stratégique, les acteurs wallons ayant répondu à l'enquête estiment que le numérique a le plus d'impact positif sur l'environnement dans les secteurs suivants :
  • Modes de conception et de production agiles, sûrs et plus durables.
  • Ecodesign, symbiose industrielle, réemploi, réparation, réutilisation et recyclage des déchets.
  • Transition énergétique verte, habitations du futur plus durables et éco-conçues.
Perceptions des impacts du numérique sur les DIS de la S3 (étude AdN pour Digital Wallonia)

L'enquête en ligne a aussi permis de récolter les perceptions des acteurs wallons sur les défis environnementaux importants à résoudre en Wallonie.

Les principaux axes qui ressortent de cette question ouverte consiste à :

  • Faciliter le commerce local et les circuits courts entre les producteurs et les consommateurs.
  • Alléger la pollution due à la mobilité et à la congestion des routes. Le télétravail reste une pratique à soutenir même en dehors de crises sanitaires.
  • Optimiser les consommations énergétiques.
  • Améliorer l'efficacité des processus et la gestion des ressources.
  • Optimiser un stockage et un usage plus responsable des données.
  • Anticiper les variables environnementales avec précision.
  • Garantir une agriculture plus saine grâce à l'agriculture robotique qui réduit massivement le besoin des agriculteurs dans l'utilisation des pesticides et des produits chimiques.
  • Réduire le gaspillage alimentaire.
  • Réemployer les déchets.

Un atelier participatif inspirant


L’atelier participatif a réuni plus de 60 organismes wallons différents (acteurs de développement économique, entreprises, intercommunales, etc.) autour d’un atelier de co-création et d’idéation.

Il avait pour objectif d'identifier les besoins des acteurs wallons et les actions prioritaires à mettre en place afin de répondre fidèlement aux enjeux wallons qu'ils identifient. L'atelier et l'enquête en ligne ont été dissociés afin de pouvoir comparer les axes résultant des deux consultations.

Vers une industrie plus optimisée et durable

Lors de l’atelier participatif, toute une série de propositions ont été formulées pour repenser d'une manière plus durable et performante les activités manufacturières de nos entreprises wallonnes.

Les idées principales qui ont été retenues sont :

  • Soutenir la modernisation et l'automatisation optimisée des processus industriels grâce à l'IA et à l'IoT qui constituent deux écosystèmes technologiques forts en Wallonie.
  • Accroître l'expertise dans les solutions de production prédictive, notamment grâce au déploiement des jumeaux numériques.
  • Inciter les entreprises manufacturières à s'inscrire dans une transition énergétique qui vise à suivre leur consommation en analysant leurs plus grands postes et à utiliser des applications numériques pour les rationaliser.
  • Augmenter l'expertise wallonne en technologies additives appliquées aux processus industriels en vue de solutionner la problématique de la dépendance des matériaux et composants issus de l'étranger.
  • Encourager par différents mécanismes les industries manufacturières à utiliser des composants et matériaux moins polluants, facilement récupérables et recyclables.
  • Renforcer les partenariats entre les filières du recyclage et le secteur industriel afin de développer un marché local d'approvisionnement de matériaux et de matières premières.
  • Amplifier l'accompagnement des industries manufacturières dans leur transformation numérique et circulaire.
  • Encourager le déploiement de la 5G dans le cadre des processus de production des industries manufacturières afin de soutenir les économies d'émissions de GES.

Vers des modes de consommation et d'usages plus responsables

L’atelier participatif a mis en avant l’importance de sensibiliser et d’éduquer tous les acteurs à un usage et à une consommation plus responsable du numérique.

Les idées émises dans ce sens sont : 

  • Mettre en place des programmes éducatifs visant à sensibiliser depuis le plus jeune âge les éco-gestes permettant de tendre vers un usage plus raisonné du numérique.
  • Mettre en place des programmes d’entrepreneuriat pour orienter les jeunes vers une carrière dans l’innovation de technologies numériques plus éco-responsables.
  • Encourager une dynamique régionale de sensibilisation et d'information à destination des entreprises pour les aider à actionner des démarches de sobriété numérique.
  • Renforcer à l'échelle régionale des initiatives de type Repair Cafés et des partenariats avec les recyparcs.
  • Soutenir les initiatives de leasing et de partage des équipements numériques dans le cadre d'une économie de la fonctionnalité.
  • Amplifier le financement de projets RDI numériques démontrant une réelle logique circulaire et durable comme par exemple la fabrication d'équipements à base de composants recyclés ou de nouveaux matériaux facilement recyclables.

Vers un déploiement plus rapide de l'économie circulaire et fonctionnelle grâce au numérique

Lors de l’atelier participatif, les acteurs stratégiques wallons pointent la nécessité de renforcer des démarches Green IT pour soutenir et sensibiliser les acteurs à la transition circulaire.

Les principales idées retenues sont : 

  • Encourager des initiatives comme "Green Deal Achats Circulaires" pour sensibiliser les organismes publics et les entreprises à prolonger la durée de vie de leurs équipements numériques, à revoir leur politique d'achats et à s'inscrire dans une logique de dépossession et de partage.
  • Inciter à travers une logique de smart région la multiplication d'initiatives communales et citoyennes visant à renforcer la circularité dans le secteur agro-alimentaire, à promouvoir, d'une manière digitale, les petits agriculteurs et les produits de terroir.
  • Encourager des PoC visant à recenser dans des plateformes numériques régionales les déchets valorisables pour ainsi faciliter leur réintégration dans des chaines de valeur locales.
  • Soutenir des projets RDI visant à développer de nouvelles technologies numériques qui séparent les multi-matériaux et qui assurent un meilleur suivi et traitement de chaque matériau.

Pour en savoir plus

Etude numérique et environnement (1/7). Principaux constatsEtude numérique et environnement (2/7). Guide pratique pour réussir sa transformationEtude numérique et environnement (3/7). L’international pour inspirationEtude numérique et environnement (5/7). Des domaines d’action pour la WallonieEtude numérique et environnement (6/7). Une dynamique wallonne en marcheEtude numérique et environnement (7/7). Cadre méthodologique et sources

À propos de l'auteur.

Djida Bounazef


Agence du Numérique