Etude et analyse

Publié le 23 juillet 2021

Durant la période estivale, 6 articles sont dédiés à l’étude « Feuille de route pour les filières manufacturières wallonnes prioritaires » réalisée dans le cadre du programme Industrie du Futur de Digital Wallonia. Le second est consacré à la filière Biotech et Pharma.

L’étude détaillée sur les filières « Industrie du Futur » rapporte de nombreux enseignements et éléments factuels.

  1. Série d’été Industrie du Futur (2/6). Filière Biotech et Pharma

1. Diagnostic de la filière Biotech et Pharma


En 2018, le secteur manufacturier wallon représenté par les 6 filières pesait 16 milliards d’euros, soit 62% de la valeur ajoutée brute totale du secteur industriel wallon. La filière Biotech et Pharma représente à elle seule plus de 3 milliards d’euros en raison de sa productivité très élevée.

L’évolution de cette valeur ajoutée n’a cessé d’augmenter pour cette filière qui se positionne dans la moyenne supérieure des pays limitrophes avec plus de 7,7% de croissance entre 2011 et 2018.

Visuel croissance série d'été idf Biotech & pharma

Fig. 1. La filière détient une position de leader au niveau de sa croissance par rapport aux autres régions et pays européens.

Au niveau de la composition de la filière, celle-ci est assez équilibrée avec des entreprises de toute taille. La majorité des unités de production industrielle pharmaceutiques belges sont des filiales de groupes étrangers, et les centres de décision sont situés en dehors de la Belgique à l'exception d'UCB.

Centres Decisions BioTech Pharma Digital Wallonia Industrie du Futur

Fig. 2. Concentration géographique du tissu industriel de la filière Biotech et Pharma.

2. Atouts et enjeux


La Wallonie dispose d'atouts décisifs en termes de R&D dans le secteur pharmaceutique et peut capitaliser sur les biotechs pour développer la production​ :

  • La filière Biotech et Pharma peut compter sur un tissu industriel fort de 10 leaders globaux et plus de 180 PME.
  • Son écosystème se concentre sur 3 pôles industriels à Gosselies, Liège et Louvain-la-Neuve.
  • Elle dispose d’un vivier de talents avec plus de 11 000 chercheurs scientifiques, 7 centres de recherche privés et 5 universités.
  • Le taux d’investissement en R&D s’élève à 10%.

Les opportunités à saisir sont encore nombreuses pour assurer la continuité de la croissance de la filière :

  • L’accès à la main d’œuvre qualifiée, notamment les profils STEM.
  • Le développement de la capacité de production pour les biotechs au-delà du stade clinique et le renforcement du tissu local de sous-traitance pharmaceutique.
  • L’amélioration de la captation et la gestion des données.
Atouts Enjeux Filière BioTech Pharma Digital Wallonia Industrie du Futur

Fig. 3. La Wallonie dispose d'atouts décisifs en terme de R&D Pharma et peut capitaliser sur les Biotechs pour développer la production.

3. Les opportunités et défis technologiques


La filière Biotech et Pharma présente un taux d’adoption technologique 4.0 relativement élevé. Elle se positionne en tête du classement des filières les plus matures pour l’optimisation et la transformation digitales.

Au niveau des tendances technologiques les plus influentes pour le secteur, 5 sont à pointer :

  1. Usine intelligente (application de différentes combinaisons de technologies innovantes et émergentes afin de créer une capacité de fabrication hyper-flexible et auto-adaptative​).
  2. Intelligence artificielle (techniques d’analyse et de logique poussées afin d’interpréter des événements, de supporter et d’automatiser des décisions et de prendre des actions).
  3. Simulation et jumeaux numériques (représentations numériques, qui agissent comme miroir d’objets, de choses, de processus, d’organisations, de systèmes et de personnes physiques).
  4. Cybersécurité/sécurité informatique (conçues pour protéger l’infrastructure, les ressources informatiques (y compris les appareils connectés) et les données dont dispose l’organisation​) .
  5. Organisation intelligente (regroupe l’ensemble des initiatives de transformation digitale qui impacte le fonctionnement organisationnel d’une entreprise).

4. Les freins


Plusieurs freins sont à surmonter pour l'adoption généralisé des solutions technologiques dans les Biotech & Pharma.

Le premier frein est lié au manque de prise de conscience de la valeur ajoutée de la digitalisation et principalement du retour sur investissement qu’elle peut apporter à l’entreprise.

Le second mis en avant dans l’étude est la résistance au changement dû à l'historique et la culture d'entreprise qui n’est pas forcément tournée vers le digital. Corollairement, l’étude soulève une difficulté accrue pour les grandes entreprises à transformer l'ensemble de l'organisation (ex. maturité digitale non-homogène au sein d'une entreprise, standards règlementaires et objectifs court termes, etc).

Au-delà des freins intrinsèques à l’entreprise, plusieurs défis liés à la gestion humaine sont repris dans l’étude menée par les Structures collectives d’enseignement supérieur (SCES) portant sur la « Digitalisation de l’industrie wallonne : enjeux et besoins en compétences » :

  • La formation initiale est jugée peu satisfaisante, car trop théorique. Le contenu dispensé au niveau des bacheliers et des masters reste trop éloigné de la réalité de l’entreprise. Les stages qui permettent d’avoir une expérience terrain concrète ne sont pas toujours obligatoires et, quand ils ont lieu, leur durée n’est pas assez longue.
  • Les évolutions technologiques dans la filière pharmaceutique nécessitent des mises à jour régulières. Cependant, il apparaît que, sur une série de sujets pointus, peu de formations de niveau avancé existent.
  • L’industrie 4.0 conduit à une hybridation des métiers et à la recherche des profils mixtes. Cependant, la structuration actuelle des formations ne permet pas d’obtenir des compétences croisées.
  • Le manque d’intérêt pour les filières scientifiques et techniques se fait ressentir à différents niveaux : il y a peu de candidats disponibles sur le marché, une concurrence s’est installée entre les entreprises pour attirer les talents, le recrutement de travailleurs de l’étranger n’est pas rare.

À propos de l'auteur.

Jessica Miclotte


Agence du Numérique