Etude et analyse

Publié le 20 novembre 2020

Télécharger cette étude

Dans le cadre de la stratégie Digital Wallonia, l’Agence du Numérique a mesuré le niveau moyen de transformation numérique des entreprises wallonnes. Outil majeur d’intelligence territoriale, le baromètre permet d’évaluer la situation et l’évolution des entreprises par rapport à la transformation numérique et, sur cette base, d’identifier les actions à mener pour répondre de manière optimale aux besoins de celles-ci en la matière.

Baromètre Digital Wallonia 2020 de maturité numérique des entreprises wallonnes :

Le baromètre de maturité numérique des entreprises réalisé par l’AdN est un véritable outil d’intelligence territoriale. Il permet, d’une part, de mesurer et comprendre, par la donnée, l’évolution de la maturité numérique des entreprises wallonnes, et, d’autre part, d’orienter les politiques publiques et d’évaluer leur impact.

Le très large échantillon de 3000 entreprises sur lequel il se base lui permet en outre de donner une vision particulièrement fidèle de la réalité du terrain.

Une évolution positive, mais une marge de progression toujours importante


Un premier constat fort de ce baromètre est que les indicateurs sont globalement positifs et en progression constante depuis 2016.

Certes, il serait excessif d’affirmer que ces résultats sont exclusivement corrélés avec la mise en œuvre de la stratégie numérique Digital Wallonia. Toutefois, il est clair que les nombreux projets structurants visant à accélérer la transformation numérique de l’économie wallonne mobilisent aujourd’hui des centaines d’entreprises et d’entrepreneurs : Industrie du Futur, Digital Commerce, DigitalWallonia4.ai, ...

Leur impact est d’autant plus important qu’ils sont systématiquement menés en partenariat avec les acteurs sectoriels concernés.

Toutefois, les indicateurs montrent aussi qu’il reste une grande marge de progression. L’analyse de la perception du numérique par les dirigeants montre par exemple une fracture numérique réelle pour près de 30% d’entre eux, toujours sceptiques face à la digitalisation et à ses opportunités pour leur entreprise.

Les constats et recommandations du baromètre 2020 de maturité numérique des entreprises wallonnes doivent permettre d’inspirer, conforter et encourager les efforts publics pour faire de la Wallonie une terre d’excellence numérique et développer son attractivité économique.

Axe 1 : infrastructure technologique


Les entreprises wallonnes sont globalement assez bien équipées en termes d’infrastructures IT, avec un développement important du parc de smartphones. Elles sont également presque toutes connectées à Internet et le taux de sites web progresse. Il se situe dans la moyenne nationale de 84% pour les entreprises employant au moins 10 travailleurs.

96% des entreprises sont connectées à Internet. Dès lors, c’est la qualité de la connexion qui va devenir un atout compétitif majeur pour nos entreprises.

Il faut donc poursuivre des initiatives telles que le plan Sofico d’équipement des zonings en fibre optique et, plus globalement, le programme Giga Region de Digital Wallonia pour lequel de nouveaux moyens sont dégagés pour 2020 et 2021.

La cybersécurité est elle aussi un enjeu majeur. Elle permet d’éviter les interruptions d’activités, la perte ou la divulgation de données.

L'action Keep It Secure de sensibilisation à la Cybersécurité de Digital Wallonia, dont le déploiement doit s'accélérer en 2021, prend tout son sens face au constat que 38% des entreprises wallonnes ont déjà rencontré des incidents de sécurité informatique, alors que seulement 12% sont assurées contre les conséquences néfastes de ces incidents.

Axe 2 : gestion des ressources humaines


La crise du Covid a mis en lumière l’utilité du trio "e-working, e-shopping, e-learning". Il convient toutefois de rester prudent : il s’agit d’une utilisation de technologies existantes sous la contrainte de la pandémie, sans préparation préalable des ressources humaines, et pas encore d'un véritable saut technologique durable.

On doit également s’inquiéter du taux stable (40%) d’entreprises employant du personnel qui revendiquent une politique de formation continue. Parmi elles, 46% disent avoir aussi un plan de formation au numérique. Mais concrètement, seulement 12% des employeurs ont formé au moins un collaborateur dans un domaine digital au cours des deux dernières années.

Cela reste insuffisant pour rester en phase avec l’évolution technologique, d’autant qu’en temps de crise, ce sont souvent les ressources humaines et en particulier, la formation qui sont rationalisées en priorité.

Pour renforcer la place de la formation dans les entreprises, Digital Wallonia va déployer, en collaboration avec le Forem, un plan d’UpSkilling des travailleurs pour augmenter l’employabilité de la force de travail, par rapport à la digitalisation de l’économie.

Un autre point préoccupant sur l’axe 2 est celui du manque de mixité parmi les dirigeants d’entreprises wallons (73% d’hommes) et au sein des secteurs intensifs dans leurs usages technologiques (13% de dirigeantes dans le secteur du numérique entre autres). Pour des raisons éthiques et économiques, il est indispensable d’intensifier les actions visant à convaincre les femmes de porter des projets numériques ou de se lancer dans des carrières technologiques, afin de favoriser la mixité porteuse de richesse et de créativité dans les activités économiques touchant au digital.

C’est aussi dans cette optique que Digital Wallonia, en collaboration avec les acteurs de la recherche, va mettre en œuvre le projet Gender 2021 pour identifier les méthodes de management favorisant le développement des carrières féminines au sein des environnements de travail intensifs en usage du numérique.

Axe 3: Digitalisation des processus métiers


Le côté moins visible de la digitalisation qui consiste à informatiser les processus métiers progresse lentement (+3). L’automatisation de la facturation, des processus d’achats, de la gestion des stocks ou encore de l’interconnexion avec les fournisseurs implique d’investir dans des technologies parfois coûteuses et d’avoir des compétences spécialisées pour explorer les atouts de l’IA entre autres. Autant de conditions difficiles à réunir pour les petites structures qui sont majoritaires dans notre tissu économique.

Les actions qui visent à soutenir la facturation électronique, l’industrie du futur ou encore la diffusion de l’intelligence artificielle sont cruciales pour aider les entreprises régionales à réussir la partie back office de la transition numérique. La centralisation et l’intégration des données est trop faible (35%). Or, elle est le passage obligé vers l’automatisation des processus métiers.

Axe 4 : la stratégie commerciale


Depuis 2014, l’AdN constate un faible taux de vente en ligne au sein des entreprises wallonnes. Le manque d’interactivité des sites web, le faible taux de suivi de leurs performances ou la part limitée du chiffre d’affaires qu’ils génèrent, montrent que nos entreprises ne tirent pas suffisamment profit de la croissance exponentielle de l’e-commerce.

Ce constat est notamment préoccupant pour les secteurs orientés vers le marché B2C (Horeca, agriculture, commerce, ...). Néanmoins, il faut nuancer ce constat en rappelant que le marché B2B en Wallonie est à peu de choses près égal au B2C. La vente en ligne entre entreprises ne passe pas nécessairement par les sites web, elle se manifeste sous forme d’interopérabilité des systèmes, ou transite via des plate- formes sectorielles dédiées. L’absence de vente en ligne n’est donc pas systématiquement liée à un manque de digitalisation de la stratégie commerciale de l’entreprise.

Afin d’aider les secteurs orientés vers le B2C qui sont moyennement intensifs dans leurs usages du numérique, Digital Wallonia va poursuivre et intensifier le programme Digital Commerce, lancé en 2016. Il a déjà permis de former plus de 2000 acteurs du commerce de détail aux bases du digital marketing. L’édition 2021 comportera un focus spécifique sur le passage à l’e-commerce. Un soutien à la digitalisation des professions libérales est également sur la feuille de route de Digital Wallonia.

Après les avocats, Digital Wallonia va offrir la possibilité aux professionnels de la santé affiliés à l'UNPLIB de se former à la communication digitale, dans le respect de leur code de déontologie et de l'article 21 de la loi Qualité de 2019. En effet, de plus en plus de professions libérales sont confrontées à la concurrence de professions non réglementées qui se positionnent à la limite de leur exercice.

Recommandations générales


  • Poursuivre la sensibilisation des dirigeants aux opportunités du digital selon une approche globale.
  • Modulariser la formation au digital avec une meilleure prise en charge financière de celle-ci par les aides régionales.
  • Intensifier les actions visant à convaincre les femmes de porter des projets d’entreprises numériques ou d'embrasser des carrières technologiques (la mixité est porteuse de richesse et de créativité).
  • Intensifier la mobilisation des fédérations sectorielles par rapport à l’identification des besoins en matière de transformation digitale.
  • Poursuivre le développement de l’industrie 4.0 et la diffusion de l’IA au travers des programmes Industrie du Futur et DigitalWallonia4AI.
  • Soutenir les secteurs moyennement intensifs en numérique (commerce de détail, Horeca, construction, agriculture, ...) dans leur transformation numérique car ils restent d’importants pourvoyeurs d’emplois en Wallonie.

DigiScore : un outil en ligne pour toutes les entreprises wallonnes


Enfin, l'Agence du Numérique, avec l'appui de l'Union Wallonne des Entreprises, recommande évidemment fortement aux entreprises wallonnes de mesurer gratuitement en ligne leur DigiScore, c’est-à-dire leur score de maturité numérique suivant les 4 axes du modèle développé par l’AdN.

Logo Digiscore by Digital Wallonia

DigiScore offre une comparaison immédiate du score individuel de l’entreprise avec l’ensemble des entreprises wallonnes mais aussi avec les entreprises présentant les mêmes caractéristiques (taille, secteur, export, mono/multi-sites, localisation, ...). Des recommandations et des ressources complètent le DigiScore pour passer à l’action.