Article

Publié le 16 juin 2020

Le Gouvernement wallon a validé un investissement de 10 millions d’euros pour un nouveau supercalculateur « TIER-1 ». La Wallonie entend ainsi renforcer sa position de leader technologique dans le domaine du High Performance Computing (HPC).

Cet outil de calcul intensif permettra de faciliter les activités de recherche dans de nombreux domaines scientifiques de pointe et fera le lien avec les supercalculateurs du top mondial dont celui qui sera hébergé en Finlande et pour lequel, la Belgique avec le soutien financier de la Wallonie, est partenaire au travers du consortium européen EuroHPC.

High Performance Computing (HPC)


Une révolution s’opère actuellement et va transformer radicalement l’industrie et la recherche dans de très nombreux domaines. La combinaison de la simulation numérique et du calcul intensif (ou HPC pour "High Performance Computing") permet maintenant de développer des produits et des services et de réaliser des recherches en réduisant le recours systématique à l’expérimentation.

On peut ainsi mettre au point des avions, des voitures, des médicaments plus rapidement à un coût plus faible, et aborder les enjeux de société impossibles à envisager précédemment.

Un point d'excellence de la recherche numérique en Wallonie

La recherche numérique en Wallonie s'effectue notamment par un réseau de centres de recherche agréés. En collaboration avec les 7 CRA, partenaires du programme Industrie du Futur de Digital Wallonia, l'AdN a identifié les forces de la recherche appliquée en Wallonie au niveau des technologies numériques avancées à destination du secteur industriel.

3 technologies numériques avancées occupent une place centrale en Wallonie au niveau des CRA. En effet, ces technologies font l'objet de nombreux projets de recherche au sein des entreprises wallonnes se concrétisant en success stories et menant à de réels avantages concurrentiels :

  • La simulation et les jumeaux numériques. Services liés à la simulation de phénomènes réels tels que physiques, chimique ou biologique (simulation numérique) ou à la réplique numérique d'un objet, d'un processus ou d'un système (jumeau numérique ou digital twin).
  • L’Internet des objets et capteurs. Développement de produits et services liés aux objets physiques connectés à Internet (capteurs, senseurs, domotique, quantified self, wearables, etc.), notamment grâce à l'utilisation de QR code, RFID, Laser, bluetooth, etc.
  • L’Intelligence artificielle. Développement de produits et services liés à l’intelligence artificielle : traduction automatique, chatbots, apprentissage automatique, machine learning, deep learning, etc.

[profiles type="single" slug="cenaero" display="link"]Cenaero[/profiles] est leader technologique pour la simulation et les jumeaux numériques et se positionne avec une expertise forte dans l'IA. En outre, il est également identifié comme un leader technologique dans le domaine du calcul à haute performance est également au coeur des spécialisations de la Wallonie.

Supporter la recherche et l'industrie


Le supercalculateur Tier-1 est destiné à supporter des activités de recherche.

Les domaines principaux relevant du calcul intensif sont notamment la modélisation des phénomènes physiques, de l'astrophysique, des matériaux avancés, de la chimie moléculaire ou atomique, du nucléaire, de la biotechnologie, du fonctionnement du corps humain, des phénomènes climatiques, du "data mining", des moteurs de recherche, des modèles économiques et financiers, de la génération d'images de synthèse, etc.

La nature des activités relève à la fois de la recherche fondamentale et de la recherche appliquée. Ainsi, le supercalculateur est également ouvert aux industriels en vue d'y réaliser des activités de recherche et développement pour des produits innovants ou des logiciels de calcul intensif. En effet, la simulation à haute performance est devenue un outil fondamental pour la compétitivité et la capacité d’innovation de nos entreprises, industrielles et de services, et les centres de recherche.

Outre le besoin pour la communauté académique de disposer d’un outil performant dans le domaine de la simulation numérique, la demande industrielle est elle aussi importante, dans les domaines tels que l’aéronautique mais aussi le verre ou encore le biomédical. Elle est également présente du côté des PME active dans la consultance avancée ou encore au niveau des grandes entreprises étrangères.

Remplacer le supercalculateur ZENOBE de Cenaero


En 2011, le Gouvernement wallon avait confirmé le financement d’une infrastructure de calcul du même type (TIER-1) à destination des acteurs wallons. Ce supercalculateur wallon, appelé ZENOBE localisé à Gosselies, est en activité depuis 2013. Il compte environ 14.000 cœurs de calculs. Il arrive en fin de vie.

En septembre 2018, le Gouvernement wallon avait marqué son soutien pour son renouvellement.

Ce jeudi 11 juin 2020, le Gouvernement a décidé d’octroyer un budget de 10 millions d’euros à Cenaero pour :

  1. L'adaptation du bâtiment devant héberger le supercalculateur qui sera situé au cœur d’A6K-E6K.
  2. Le supercalculateur lui-même.

Le supercalculateur de type "TIER-1" devra offrir une puissance effective minimale de 2,3 Pflops et une volumétrie de stockage minimum de 5 PiB (cinq pebibyte) utiles pour pouvoir mener à bien ses opérations jusqu’en 2025.

Cette situation au cœur de Charleroi, au sein de l’écosystème A6K-E6K, permet un lien étroit entre l’équipe de support et l’équipe de recherche de Cenaero, et une grande proximité avec les utilisateurs de l’infrastructure. Une disponibilité de plus de 99% sera en outre facilement garantie.

Enfin, le supercalculateur pourra échanger ses données avec le Collaborative Ground Segment, situé à Transinne, via le réseau de fibres optiques accessible à proximité.