Article

Publié le 24 janvier 2022

Grâce à des fonds européens, la Wallonie lance le Chèque-Entreprise « Relance par le numérique » pour permettre aux PME wallonnes d’augmenter leur digitalisation et d’amorcer ou d’amplifier leurs activités en ligne.

Visuel chèques entreprises relance par le numérique

Contexte


La crise sanitaire a eu un impact économique considérable sur les PME wallonnes. De plus, elle a bouleversé le schéma économique. Avec le confinement, la fermeture des commerces et les risques sanitaires, les pratiques digitales des consommateurs et des entreprises se sont particulièrement renforcées.

Dans le but d’encourager cette dynamique, l’Europe a débloqué 20 millions d'euros pour accompagner les PME wallonnes dans leur relance, et plus particulièrement au niveau du déploiement ou de l’amélioration de leurs activités en ligne.

Des chèques existent déjà pour, notamment, soutenir la création, la croissance, l’innovation, la digitalisation et la transmission d’entreprises. Cette nouvelle thématique "relance par le numérique" s’ajoute au portefeuille des 8 thématiques déjà disponibles.

Principes généraux


Le Cabinet du Ministre de l'Economie et du Numérique, le SPW Economie Emploi Recherche et l’Agence du Numérique ont établi une approche complète et structurée, en 3 étapes, pour concrétiser le projet de mutation numérique d’une PME :

  1. Le diagnostic.
  2. Le plan d’action stratégique.
  3. L’implémentation.

L’intervention publique s’élève à 90% des montants concernés avec des plafonds variables pour chacune des phases (voir ci-dessous).

 Sont éligibles au nouveau dispositif :

  • Les PME (employant moins de 250 personnes et dont le chiffre d’affaires est inférieur à 50 millions d’Euros) dont le siège social ou d’exploitation principal (employant la majorité des collaborateurs de l’entreprise) est situé en Wallonie ;
  • Les indépendants wallons.

Les ASBL à vocation économique (répondant aux critères "PME" décrits ci-dessus, assujetties à la TVA et employant au moins une personne) seront intégrées au dispositif au printemps. C’est une différence importante par rapport aux critères d’éligibilité classiques des Chèques-entreprises.

Sont donc exclues du dispositif les grandes entreprises et les entités économiques relevant des secteurs NACE 01.1 à 01.5 et 03 : pêche, aquaculture et production primaire de produits agricoles. Notons que ces aides sont incluses dans le règlement de minimis (maximum 200.000 euros de subsides en trois ans par bénéficiaire).

Le processus de demande de chèques est identique à celui appliqué pour les autres chèques-entreprises.

Le dispositif est par nature éphémère. Il prendra fin au plus tard le 31 août 2023 ou lorsque les fonds disponibles auront été épuisés.

Prestations éligibles et plafonds d’intervention


Diagnostic

Avec un expert, l’entreprise réalise un premier audit de la situation de son entreprise. Que ce soit en matière de maturité numérique (e-commerce ou positionnement digital – y compris interfaçage avec l’informatique interne) et/ou de cybersécurité (sécurisation des outils et protection des données). Cet audit doit utiliser le Digiscore mis en ligne par l’AdN. Sur cette base, le consultant dressera la liste des besoins numériques et pistes d’amélioration.

L’intervention publique dans ce diagnostic est limitée à 950 euros par jour pour un maximum de deux jours de travail (un pour la maturité numérique + un pour la cybersécurité).

Plan d'action stratégique

Suite au diagnostic, la PME échafaude, avec un expert, un plan d’action pour :

  • repenser son positionnement digital (plan de communication, référencement, …),
  • imaginer ou améliorer son e-commerce en lien avec des applications numériques (facturation, gestion des stocks, ...),
  • ou corriger / améliorer la sécurité des outils numériques qu’elle emploie.

L’intervention publique dans le plan d’action est limitée à 5.700 euros pour des prestations s’étendant sur maximum six jours de travail, pour autant qu’elles couvrent plusieurs axes (positionnement, e-commerce et/ou cybersécurité). Sinon, les plafonds sont de 2.850 euros pour la conception d’une stratégie et 1.900 euros pour le renforcement d’une stratégie existante.

Ces deux aides se focalisant sur les aspects de conseil (audit), les coûts de développement, d’achat de licences ou de paramétrage liés à un projet ne sont pas éligibles, tout comme dans le cas des chèques « maturité numérique » existants.

Un troisième volet, consacré à l’implémentation est cependant en cours de déploiement. Il sera officialisé dans les prochains mois et il est prévu que le plafond d’intervention public soit de 7.400 euros, pour un montant global des trois phases « relance par le numérique » de 15.000 euros.

Prestataires labellisés


Tous les prestataires actuellement labellisés pour les chèques "maturité numérique" et "Cybersécurité" sont automatiquement labellisés pour les chèques "relance par le numérique". Cela vaut également pour les prestataires de ces chèques en cours de labellisation, sous réserve d'acceptation de leur candidature, bien entendu.

Les prestataires labellisés pour les chèques "croissance" peuvent également voir leur labellisation étendue, pour autant que leurs prestations s'insèrent dans les dépenses éligibles du nouveau chèques (par exemple: marketing en ligne).

Il ne sera par contre pas possible de se faire labelliser spécifiquement pour les nouveaux chèques.

Les renseignements généraux relatifs aux chèques sont accessibles via le 1890 et le site chèques-entreprises. Les renseignements de nature technique sont disponibles auprès du Help Desk général du dispositif : +32 (81) 334000.

À propos de l'auteur.

Renaud Delhaye


Agence du Numérique