Le gouvernement wallon adopte le Plan Marshall 4.0

Le gouvernement wallon adopte le Plan Marshall 4.0

Le vendredi 29 mai 2015, le Gouvernement wallon a adopté le Plan Marshall 4.0, 3ème mouture du programme de redéploiement économique de la Wallonie lancé il y a 10 ans. Il définit 5 axes prioritaires pour le futur.

Le Plan Marshall 4.0 est un plan resserré. Il se concentre sur des mesures prioritaires pour le redéploiement économique, susceptibles de structurer une véritable politique industrielle. Il se fonde sur l’innovation ainsi que la formation et intègre les principes de bonne gouvernance.

Sur la législature, ce seront près de 2,9 milliards d’euros qui seront consacrés à ce Plan Marshall 4.0 (dont 468 millions d’euros de financement alternatif  afin de soutenir des projets d’investissements. En outre, des projets du Plan Marshall 2.vert, en financement alternatif, se concrétiseront sous cette législature à concurrence de 841 millions.

Les 5 axes

Axe 1. Faire du capital humain un atout

C’est dans cet axe que l’on retrouve les mesures de formation et d’enseignement menées en lien étroit  avec la Fédération Wallonie-Bruxelles. La priorité sera mise sur:

  • l’alternance comme filière d’excellence (stages en entreprises, statut de l’apprenant et valorisation des compétences);
  • l’orientation des apprenants (notamment en développant les bassins de vie, les cités des métiers et les « découvertes métiers »);
  • le renouvellement de l’équipement des centres de compétences;
  • la facilitation de l’accès à l’enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie;
  • l’esprit d’entreprendre;
  • la connaissance des langues étrangères.

Axe 2. Soutenir le développement de l’industrie par une politique d’innovation et de croissance des entreprises

Cet axe rassemble les mesures en appui au développement d’une politique économique et industrielle basée sur l’innovation et la croissance de nos entreprises. En matière de soutien à « l’innovation », les mesures viseront à soutenir:

  • le développement de projets d’innovation, proches du marché, au travers des Pôles de compétitivité dont la stratégie sera affinée sur base des recommandations formulées par les récentes évaluations;
  • la valorisation industrielle des projets innovants.

En matière de soutien à la « croissance » des entreprises, les mesures viseront à soutenir:

  • la création et le développement des sociétés innovantes (soutien des entreprises dans le cadre du développement technologique et non-technologique, soutien des spin-offs, diversification des capitaux, etc.);
  • la diversification du financement des entreprises;
  • l’accompagnement managérial des entreprises innovantes;
  • la transmission d’entreprises.

Axe 3. Mobilisation du territoire à destination du développement économique

Au travers de cet axe, le Gouvernement entend renforcer l’attractivité économique du territoire wallon. On y retrouve les projets d’infrastructures: ZAE, Ports, sites économiques en reconversion, les « routes pour l’emploi » ainsi que les ateliers de travail partagés et halls relais agricoles.

Axe 4. Soutenir l’efficacité, la transition énergétique et l’économie circulaire

Cet axe rassemble les mesures structurantes de soutien à la transition énergétique, le tout au profit des entreprises et des consommateurs:

  • l’efficacité énergétique des bâtiments (recentrage de l’alliance emploi-environnement, création d’un tiers-investisseurs, Ecopack, programmes de recherche spécifiques, …);
  • le développement des énergies renouvelables (programmes de recherche, soutien à l’économie circulaire, …);
  • le soutien aux entreprises quant à la maîtrise des coûts de l’énergie (soutien à l’auto-production d’énergie, accords de branches, « Carbon Leakage », …).

Axe 5. Soutenir l’innovation numérique

Cet axe rassemble les mesures visant au développement et à l’intégration du numérique comme vecteur de développement économique. Il visera:

  • un plan intégré de transition numérique;
  • l’Administration 4.0;
  • l’intelligence territoriale numérique et technologique avec le soutien aux technologies Smartcities;
  • des projets innovants en matière de mobilité intelligente avec le développement d’un Réseau Express de Covoiturage (RECO) et la mise en place de lignes à Haut Niveau de Service (LHNS).

Soutenir l’innovation numérique. Focus sur l’axe 5

Une quatrième révolution industrielle voit actuellement le jour avec la numérisation poussée à l’extrême des échanges économiques et productifs dans un système global connecté. Grâce au Cloud, au Big Data, à l’internet industriel des objets, la production se réalise de A à Z, avec des interactions à la fois entre les produits et les machines et les machines entre elles.

Face à ces enjeux, la Wallonie entend positionner ses entreprises afin de pleinement tirer profit des mutations technologique. Pour ce faire, un plan intégré de transition numérique sera mis sur pied. Ce plan vise à « booster » l’économie numérique wallonne, à la fois en développant une industrie numérique productrice de biens et services numériques, ainsi qu’en favorisant l’intégration du numérique au service de la croissance et de la compétitivité des entreprises et de manière générale en développant une « culture numérique » auprès des citoyens et plus spécifiquement, des jeunes Wallons en formation.

Ce plan vise plusieurs objectifs.

Accompagner le changement

Des dispositifs spécifiques seront mis en œuvre pour accompagner le changement des entreprises en lien avec les opportunités et les risques liés au développement du numérique. On peut citer par exemple:

  • la sensibilisation et l’accompagnement au développement de l’intelligence stratégique;
  • la démarche managériale de maîtrise et de protection de l’information stratégique pertinente;
  • l’entrée des entreprises dans l’ère de l’e-commerce en créant les conditions favorables à son développement;
  • l’accompagnement de l’évolution des modes de travail : NWOW (New World of Work);
  • la simplification et la spécialisation du paysage de l’accompagnement des entreprises en matière numérique (clusters, incubateurs spécialisés par domaine de compétence…).

Soutenir le développement de l’Industrie 4.0

Le soutien à la modernisation de l’appareil productif industriel sera une priorité. Les actions suivantes seront notamment mises en œuvre:

  • soutenir la relance de l’effort d’investissement à travers des incitants et des produits financiers adaptés;
  • accompagner les PME par des diagnostics « flash3 » et une offre de conseil. Cette action visera à faciliter l’adoption des approches modernes de production des PME;
  • mettre en place des démonstrateurs d’usines du futur. Cette action visera la dissémination des nouvelles pratiques en intégrant les transformations nécessaires;
  • sensibiliser, former et accompagner les acteurs économiques dans leurs processus de changement;
  • inscrire des programmes d’innovation numérique dans les feuilles de route des Pôles de compétitivité concernés.

Soutenir le développement du secteur numérique

Il est nécessaire de soutenir activement le développement de ce secteur et ce, éventuellement au travers de fonds d’investissement spécialisés. Les actions suivantes seront notamment mises en œuvre:

  • financer des projets collectifs et d’entreprises s’inscrivant dans le Plan numérique pour la Wallonie sur le modèle du projet Big Data;
  • soutenir la création de start-ups;
  • renforcer le soutien à la recherche dans le secteur numérique.

Il s’agira également de faire du numérique un facteur de simplification de l’administration afin de mettre les bases de « l’Administration 4.0 ». Il ne s’agit pas d’informatiser l’existant mais de transformer les processus de travail et de prester le service public différemment. Cela signifie qu’il faut développer:

  • le canal numérique d’interaction avec les administrations;
  • la Banque carrefour d’échanges de données (BCED);
  • une stratégie de numérisation dans l’optique d’un meilleur service aux acteurs du marché de l’emploi et du monde du travail.

Le numérique est aussi un vecteur important en vue de repenser notre rapport au territoire. En effet, la dynamisation et la rénovation des quartiers urbains existants, de même que la création de villes et de quartiers nouveaux (urbains et ruraux), ne peuvent se concevoir sans un déploiement de manière intégrée des Technologies de l’Information et de la Communication.

Il convient dès lors d’exploiter tout le potentiel des technologiques du numérique dans le cadre du développement de l’intelligence territoriale. En ce sens, les actions seront menées:

  • soutenir le technologique et le numérique de la ville de demain, (quartiers urbains existants requalifiés, quartiers nouveaux et villes nouvelles);
  • développer la connectivité du territoire.

Le développement du réseau régional de fibres optiques permettra avantageusement d’augmenter la connectivité entre les différents acteurs de la Région, à savoir:

  • des écoles dans le cadre de la politique relative aux écoles numériques et des nouvelles technologies au service de la formation;
  • des parcs d’activités économiques afin de permettre aux entreprises de saisir les opportunités de l’économie numérique et de renforcer l’attractivité de ce type d’infrastructures;
  • des citoyens dans le cadre des démarches « Smart-cities » et d’accessibilité aux nouvelles technologies;
  • des pouvoirs publics dans le cadre de leur modernisation et de leur simplification administrative, mais également pour le développement de stratégies de territoires intelligents, au niveau communal ou supracommunal;
  • des réseaux mobiles haut débit pour couvrir le territoire y compris dans les zones moins densément peuplées.

Soutenir les initiatives en matière de mobilité intelligente

Les réseaux satellitaires, les applications mobiles innovantes et le traitement numérique de données permettront de considérablement fluidifier, sécuriser et optimiser la chaîne de mobilité, au profit du développement économique.

  • mettre en place une mobilité soutenable, innovante et intelligente par la création d’un véritable Réseau Express de COvoiturage (RECO);
  • développer des Lignes à Haut Niveau de Service (LHNS) par exemple entre la gare de Charleroi-Sud et l’aéroport de Charleroi;
  • encourager, via les cahiers des charges des appels à projets, au sein des quartiers nouveaux et villes nouvelles ainsi que des quartiers urbains existants requalifiés, les solutions innovantes de déplacement utilisant notamment les technologies numériques innovantes (partage de voitures (électriques), vélos, covoiturage intelligent, transport public urbain connecté, …).

Pour en savoir plus

  • Digital Wallonia
    Plateforme virtuelle et physique, Digital Wallonia incarne l’objectif du Gouvernement wallon de faire de la Wallonie une terre d’excellence numérique, à travers son territoire, ses acteurs et ses usages. Digital Wallonia sera le lieu de convergence, d’expression et d’appui des acteurs du numérique
  • Contribuez au Printemps du Numérique
    Le gouvernement wallon a lancé, via l’Agence du Numérique (ex-AWT), un site Web participatif pour récolter les propositions originales formulées par tout qui souhaite s’associer à l’élaboration du Plan wallon numérique. Rendez-vous sur www.printempsdunumerique.be
  • L’AWT devient l’Agence du Numérique
    Le gouvernement wallon a validé la fusion de l’Agence de Stimulation Economique (ASE) et de Stimulation Technologique ( AST), qui deviennent l’Agence pour l’Entreprise et l’Innovation (AEI). L’Agence Wallonne des Télécommunications (AWT) devient l’Agence du Numérique, filiale de l’AEI.