mforum big data

Mobile & Big Data. Retour sur la 18ème édition du #mforum

Désormais partie intégrante de la marque numérique « Digital Wallonia », la 18ème édition du M-Forum a repris ses quartiers d’hiver à l’Axis Parc de Mont-St-Guibert pour une exploration de ce que certains commentateurs qualifient parfois « d’or noir du XXIeme siècle », la donnée.

Abondante, presque gratuite, cette ressource change profondément de nature en devenant à la fois plus inconsciente, plus éphémère, ou encore, plus relative. Cette évolution est notamment le fruit d’une production de données qui explose sous l’effet de la massification des usages mobiles et des objets connectés.

Mobile, Big Data & Cognitif : les catalyseurs de transformation des modèles d’entreprises

Si le smartphone est devenu l’outil universel permettant la démocratisation de l’accès aux ressources numériques, il constitue en effet aujourd’hui une source incontournable pour la captation de données de toute nature. Cette capacité à appréhender l’environnement physique qui nous entoure au travers d’informations contextuelles, localisées et en temps réel, ouvre une nouvelle séquence d’innovation pour les acteurs capables de la maîtriser.

Pour nous emmener sur la voie de ces nouvelles opportunités, le #mforum a accueilli un invité exceptionnel en la personne de Christophe Borde, Mobile Enterprise & Social Business Portfolio Marketing Leader, chez IBM France.

Celui-ci a présenté, au travers de cas concrets, comment l’exploitation de la donnée mobile transforme aujourd’hui radicalement les stratégies marketing des entreprises. Il a montré également comment la donnée permet de créer de nouveaux services et usages en situation de mobilité, tant dans des contextes B2C que B2B.

Aujourd’hui chaque détenteur d’un smartphone génère, chaque seconde, des quantités énormes de données. Ces données sont souvent contextuelles comme des points d’intérêt ou encore des calculs d’itinéraires en transports en commun, en voiture, à pied ou à vélo. Christophe Borde a rappelé que cette évolution a débuté avec le lancement du premier iPhone en 2007,  point de départ de l’hyper adoption mondiale des smartphones.

Au cœur des stratégies marketing, le mobile n’est plus seulement un des moyens d’interaction à privilégier entre les marques et leurs clients, mais c’est aussi un outil de proposition de services à valeur ajoutée. C’est grâce aux données remontées par les utilisateurs que les entreprises vont pouvoir enrichir et réorganiser leurs mécanismes d’interactions avec la clientèle.

A ce jour, l’expérience client est devenue l’élément-clé pour toute initiative d’actions marketing. La donnée client représente une opportunité inédite pour les marketers afin d’augmenter l’efficacité et la pertinence de leurs actions.

Des écosystèmes émergents de la donnée au service des marques

Par ailleurs, l’adoption massive des terminaux mobiles entraîne avec elle un écosystème émergent dans lequel marques et développeurs se mobilisent. Au-delà de cette tendance, les décideurs d’entreprises vont devoir élaborer de nouveaux modèles d’affaires ou revoir ceux existants. Conscients de ces enjeux liés au mobile, IBM et Apple ont récemment noué un partenariat pour développer ensemble une nouvelle génération d’applications mobiles dédiées aux entreprises.

Ainsi les deux géants américains ont lancé une vaste gamme d’outils « Smart Data » appliqués au secteur de la finance et de l’aéronautique.

En ce qui concerne le secteur aéronautique, il s’agit d’une application qui a pour objectif d’optimiser la gestion du carburant d’une flotte aérienne. En temps réel, le commandant de bord peut notamment contrôler et ajuster la consommation de carburant de l’avion à partir de données diverses (météo, conditions de vol, etc.) remontées par différents capteurs.

En ce qui concerne le secteur financier, un outil a été développé spécifiquement pour que les conseillers financiers exploitent avec pertinence les données de la clientèle. Celui-ci dispose, à cette fin, d’un outil « Smart Data » qu’il peut partager avec ses clients dans le but de capter, traiter et analyser les données remontées par ce dernier. A terme, il disposera ainsi des informations nécessaires pour différencier son offre de concurrents potentiels.

Selon Christophe Borde, la donnée représente un enjeu crucial pour les acteurs économiques, elle est considérée comme l’or noir du XXI siècle. Pour comprendre le phénomène vertigineux des données, il est intéressant d’identifier les sources de production des données. Pour ce qui est de la collecte de données, elle est réalisée, en amont, par l’intermédiaire d’un ensemble de capteurs : les applications et services professionnels, le Web, les médias sociaux, le mobile ou encore les objets connectés.

La puissance des architectures cognitives au service du traitement de la donnée

Quant aux perspectives et opportunités liées au traitement des données, c’est sans conteste dans ce domaine qu’il reste encore beaucoup à faire. Jusqu’à présent, on a surtout eu recours à l’analytique et au prédictif. Les entreprises utilisent leur capacité de traitement pour comprendre des corrélations existantes entre les données collectées et faire ainsi du prédictif pour améliorer le service rendu au client. On est ici davantage dans le domaine de la business intelligence.

Cependant, un troisième pilier va venir compléter ce dispositif, c’est le cognitif. Traditionnellement, les systèmes cognitifs sont définis comme des systèmes complexes de traitement de l’information, capables d’acquérir, mettre en œuvre et transmettre des connaissances. Le cognitif est le nouveau partenaire de l’humain et de la machine. Il peut permettre de redéfinir les méthodes d’engagement consommateur dans le domaine du marketing mais peut également concerner plus globalement la prise de décision dans tous les secteurs de l’économie.

Plusieurs grands acteurs économiques tels que Facebook, IBM, Microsoft et Google sont déjà engagés dans des projets liés au domaine du cognitif.  Siri chez Appel constitue une exemple d’application informatique de commande vocale qui fait appel au cognitif. De même que le logiciel « Skype », outil de messagerie instantanée et de visioconférence chez Microsoft, qui propose la traduction vocale en temps réel.

Dans le cadre de son programme « Watson », IBM a développé un programme informatique d’intelligence artificielle dans le but de répondre à des questions formulées en langage naturel. L’objectif de ce système expert est de proposer des services à valeur ajoutée aux entreprises et aux consommateurs. C’est ainsi que dans le domaine de la santé, Watson peut se nourrir des articles scientifiques et des meilleurs diagnostics médicaux pour aider les médecins à déterminer le bon traitement en fonction des contraintes spécifiques d’un patient donné.

Proximus : l’internet des objets, le Big Data et le réseau LoRa

Monsieur Olivier Vangheluwe, Marketing Expert Strategic Projects chez Proximus, partenaire historique du #mforum, a expliqué, comment la donnée permet désormais dans un cadre maîtrisé, d’offrir des solutions innovantes pour les entreprises mais également pour les communes au niveau de leur stratégie Smartcities.

La Communauté #mforum a ainsi découvert la vision stratégique du premier opérateur du pays en matière de Big Data, au travers de réalisations concrètes, via les cartes SIM, mais également via les objets connectés.

A cette fin, Olivier Vangheluwe a présenté le potentiel des usages découlant de la technologie LoRa, le nouveau réseau ultra bas-débit dédié à l’Internet des Objets, déployé actuellement par Proximus. A ce jour, l’écosystème LoRa rassemble de plus de 120 partenaires.

Pour accélérer l’adoption du réseau, Proximus met à disposition des entreprises les briques technologiques nécessaires pour le développement de services.

Déjà opérationnel, le réseau LoRa sera déployé sur l’ensemble du territoire belge, ainsi qu’au Luxembourg en 2016.

Afin de démontrer l’intensité des usages numériques, Olivier Vangheluwe a notamment rappelé les chiffres suivants:

  • 68% des belges utilisent l’Internet,
  • 25% du trafic est mobile,
  • d’ici 2020, on dénombrera plus de 50 milliards d’objets connectés et 7 à 8 devices connectés à domicile,
  • à ce jour,  Proximus collecte 1 milliard de données sur la localisation des utilisateurs connectés.

La seconde partie de la matinée a été réservée aux jeunes entreprises innovantes avec trois startups qui réinventent chacune à leur façon le rôle de la donnée dans la création de valeur.

Proximus

Proximus

1030 Bruxelles

Crossnode le centre de contrôle de votre univers connecté

La société Crossnode avec Anis et Samy Haboubi ont présenté à la communauté #mforum, le positionnement et le développement de l’offre de l’entreprise sur les segments de l’internet des objets et des données. Cette entreprise souhaite conquérir l’univers mobile en exploitant l’internet des objets par l’interactivité, le temps réel, la collectivité ou encore le big data.

Anis Haboubi a constaté que la majorité des données sont déjà existantes au sein des villes. Fort de ce constat, Crossnode veut se positionner en tant que partenaire privilégié afin de développer des ponts informationnels entre les infrastructures publiques et les citoyens.

Crossnode

Crossnode

4000 Liège

Localisy: le commerce autrement, localement, facilement.

Gillaume Petta, CEO de Localisy, a présenté la solution « Localisy » permettant aux commerçants et PME de développer leur visibilité numérique à l’aide de la donnée géolocalisée.

L’idée de créer cette startup est née des constats suivants:

« Plus de 80 % des consommateurs effectuent une recherche sur Internet avant de se rendre dans un point de vente physique » et « 80% des consommateurs recherchent local » (Source Google, JDN et Mappy).

L’offre de services de la startup est basée sur trois axes principaux:

  • Un moteur de recherche géolocalisé. La plateforme affiche en priorité les commerces les plus proches géographiquement de l’internaute.  A cette fin, le critère de recherche principal est la proximité via la géolocalisation.
  • Un espace e-commerce. Cet espace permet aux entreprises de vendre leurs produits et/ou services, d’émettre des coupons ou vouchers, etc.
  • Un réseau social. L’entreprise peut proposer plus d’infos sur ses activités (actualités, références, avis clientèle, spécialisations, etc.).

Localisy

Localisy

4650 Herve

LetsGo City: réunir davantage de données locales et les distribuer de façon optimale aux habitants et visiteurs d’une commune

Gilles de Stexhe & Pierre Labalue ont présenté à la communauté #mforum l’évolution de LetsGO City.

A l’origine, les deux fondateurs ont constaté l’absence d’une application mobile capable de relayer l’actualité des communes. Leur objectif est alors de « vectoriser » l’information, tout en créant de l’interactivité entre les communes et les citoyens au travers d’une application mobile dédiée.

L’utilisateur peut accéder et consulter des informations relatives aux évènements touristiques, à la politique ou encore aux lieux publics (hôtels, clubs de sport, associations des commerçants, …).  Début 2015, le guide communal interactif LetsGO City a fêté son premier anniversaire.  Depuis lors, LetsGO City a concentré ses efforts sur l’établissement de partenariats stratégiques. Sur le plan technique, ceux-ci ont notamment débouché sur le développement d’une nouvelle version de l’application baptisée LetsGO City 3.0. Enfin, la start-up a noué un partenariat avec le Commissariat Général au Tourisme afin d’accéder à la base de données « PIVOT ». Cette dernière rassemble un peu plus 220 000 offres touristiques à travers la Wallonie.

Letsgocity

Letsgocity

4000 Liège

BelgiumApps: la plateforme pour valoriser l’écosystème des applications mobiles belges francophones

Enfin, pour clôturer la 18ème édition du #mforum, Alex Colleau a présenté la plateforme BelgiumApps mise en place par Le Soir.

BelgiumApps est une nouvelle plateforme pour trouver les bons plans en matière d’applications mobiles, ainsi que les meilleures applications belges. Cette plateforme propose également un service permettant aux développeurs ou petites entreprises de faire connaître leurs applications mobiles à travers l’ensemble du site Internet du Soir et donc d’atteindre une très large audience en Belgique francophone.

La plateforme BelgiumApps est née des constats suivants :

  • la difficulté, pour les développeurs, de faire la promotion de leurs applications au regard de l’explosion du marché mobile,
  • le besoin exprimé par le mobinaute de retrouver facilement une application parmi des millions d’autres disponibles sur les stores.

On retrouve sur la plateforme de BelgiumApps aussi bien les applications mobiles « tendances en temps réel » que les bonnes affaires du moment ou encore le « top » des applications mobiles du mois, ainsi qu’une ligne éditoriale concernant le test de certaines d’entre-elles.


Created with flickr slideshow.