Article

Publié le 9 octobre 2018

Dans le cadre du projet Digital Wallonia International, Quentin Derzelle parle du hub Digital Wallonia Berlin et de son rôle au quotidien pour faire rayonner le secteur du numérique wallon à l’international.

Bonjour Quentin, peux-tu te présenter en quelques mots pour Digital Wallonia ?

J'occupe le poste de Conseiller Economique et Commercial à Munich pour l'AWEX depuis 5 ans. Là, j'accompagne les entreprises wallonnes et bruxelloises dans leurs projets à l'exportation vers le sud de l'Allemagne. Auparavant, j'ai exercé la fonction d'Attaché-Expert, pendant 5 ans, pour les marchés germanophones à l'AWEX - Bruxelles.

Berlin est une des villes incontournables pour les technologies numériques et les startups. Qu’est-ce qui caractérise l’innovation numérique à Berlin ? Quelle est ton analyse de l’écosystème local ?

En Allemagne, Berlin est la capitale des startups. On évoque parfois le terme de Silicon Berlin. Avec ses quelque 40.000 startups créées par an, la ville y compte les plus grandes, ainsi que les investissements en capital-risque les plus élevés.

La capitale allemande offre un esprit favorable à la création, un terreau fertile à l’entrepreneuriat, avec un certain niveau d'audace et un excellent réseautage local. Les frères Samwer et Rocket Internet, devenu un holding pour quelque 150 jeunes entreprises de l’internet, y ont probablement contribué.

La ville bénéficie d’une énorme visibilité internationale. Néanmoins, il est important de retenir que le marché allemand ne se résume pas à un seul centre d'innovation numérique. Traditionnellement décentralisée, l'Allemagne offre plusieurs écosystèmes numériques intéressants car souvent encouragés par une solide base industrielle locale. Ainsi, Munich se prête aussi à la création de startups. De nombreuses grandes entreprises y sont établies et actives dans des secteurs de haute technologie, qui recherchent des startups innovantes. Parallèlement, des universités et des instituts de recherche de renommée à Munich forment une main d'œuvre qualifiée. Un grand nombre de startups bavaroises sont actives presqu'exclusivement en B2B, là où les startups berlinoises se partagent entre du B2C et B2B.

Comment envisages-tu ton rôle en tant que responsable du hotspot Digital Wallonia Berlin ?

A Munich, où le Hub Digital Wallonia existe depuis octobre 2017, notre rôle est d’informer sur l’écosystème local avec un focus sur Berlin et de le mettre en réseau avec nos acteurs, startups ou activités numériques en Wallonie.

Il existe de nombreuses opportunités sur le marché allemand. Le plus grand défi est de faire correspondre l'offre à la demande wallonne. Pour ce faire, le networking local ou les introductions vers l'un ou l'autre acteur de terrain joue un rôle très important. Le réseautage local me permet aussi de déceler des actions de prospection intéressantes pour le secteur numérique wallon. Enfin, l'Allemagne est le pays de grands salons internationaux où nous aidons les entreprises qui y participent à identifier et à inviter des prospects ou partenaires allemands.

Quelles sont tes dernières actions pour favoriser le rayonnement du secteur du numérique wallon à l’international ? 

Nous venons de terminer l'organisation d'une journée de contact en Wallonie dans le domaine des Smart cities où nous avons donné la possibilité à des entreprises et startups wallonnes de pitcher devant des décideurs bavarois de premier plan. Nous pensons réellement qu'il y a du potentiel sur ce marché. On parle d'une croissance à deux chiffres pour les années à venir dans de nombreux secteurs urbains, comme le transport, la logistique ou l'énergie.

Avec 1,5 millions d'habitants, Munich est la troisième ville la plus importante d'Allemagne et devrait compter 1,85 million d'habitants d'ici 2035, ce qui nécessite de nombreux investissements dans les infrastructures.

Nous participons également à certains salons spécialisés dans l'Industrie 4.0. comme la Hannover Messe, pour mettre en contact les opérateurs et acteurs numériques wallons avec des partenaires industriels allemands, qui sont à la recherche de collaborations, de partenariats ou de solutions technologiques pour optimiser l'usine d'aujourd'hui et de demain.

Enfin, quels conseils donnerais-tu aux entreprises wallonnes qui souhaitent se lancer ou étendre leur activité sur ce marché ? 

Tout d'abord, il faut être convaincu que son produit ou service offre une nouveauté sur le marché allemand. Bien que très concurrentiel, le marché allemand reste ouvert à l'innovation et à la qualité. Rester innovant est un incontournable. L'Allemagne compte parmi les pays européens où l'investissement en recherche et développement y est le plus élevé, de même que le nombre de brevets déposés par tête d'habitant.

Enfin, il faut de la persévérance ; cela passe par des contacts avec des réseaux d'excellence, du networking sur le terrain, de la collaboration avec des acteurs de la recherche et industriels.

Notre voisin allemand reste encore mal connu. La culture des affaires allemandes renvoie à des spécificités juridiques et interculturelles dont il faut tenir compte. Le [profiles type="single" slug="digital-wallonia-berlin" display="link"]Hub Digital Wallonia Berlin[/profiles], grâce à son ancrage local, peut aider nos acteurs numériques wallons à mieux saisir l'économie locale et identifier les opportunités commerciales et de potentiels partenaires pour se positionner durablement sur le marché.

DW-Berlin-300x108.jpg