Article

Publié le 10 avril 2020

En ces temps de confinement, les initiatives se multiplient pour convaincre les consommateurs d’acheter local. Moyennes et petites enseignes créent leurs plateformes pour limiter la perte de chiffre d’affaires au profit des géants de l’e-commerce. Tour d’horizon de ces nouveaux services qui seront peut-être l’occasion pour les petits commerçants de franchir un saut technologique en matière de vente en ligne.

La pandémie du Covid-19 n'est pas seulement une crise sanitaire, c'est aussi un drame économique dont on ne connaît pas encore l'ampleur. Dans de nombreux secteurs, les "petits commerces" risquent de payer le prix fort en raison de leur fermeture.

Pour limiter les dégâts, l'e-commerce est un allié de poids. Malheureusement, les détaillants wallons qui vendent en ligne sont encore trop peu nombreux (20% selon le dernier baromètre entreprises de l'AdN ). La plupart utilisent les réseaux sociaux de façon professionnelle et sont bien mieux référencés qu'en 2018, mais l'e-commerce au sens strict reste trop faible dans ce secteur dont la vente est le coeur de métier.

La plateforme Digital Wallonia propose près de 900 références d'e-commerçants wallons. Ils ont d'ailleurs été mis en évidence dès le début de la période de confinement dans le cadre du projet Digital Wallonia 4 Good.

Initiatives locales


Plusieurs initiatives intéressantes ont vu le jour à l'occasion de la crise du Covid19. On peut parler d'un foisonnement d'offres qui vont des plateformes d'e-commerce généralistes du type "acheter local" soutenue par 25 enseignes belges ou encore "localife" orientée vers l'artisanat à la vente directe du producteur au consommateur dans un secteur particulier. Pour faire un tour d'horizon de ces nouvelles opportunités de consommer local, on peut se baser sur les types d'activités encore permises aux Belges durant le confinement :

  1. manger,
  2. bouger,
  3. bricoler,
  4. jardiner,
  5. communiquer.

Beaucoup de commerces actifs dans l'une de ses catégories essaient de maintenir une activité en ligne même partielle avec de la livraison à domicile ou un enlèvement en point de vente.

La liste d'initiatives proposée ici n'a pas vocation à être exhaustive, elle vise à cerner un mouvement solidaire lié à la crise pour aider les commerces de proximité wallons à poursuivre une activité grâce au digital. Il est évident que différentes plateformes d'e-commerce pré-existantes à la crise ont vu une forte augmentation leur chiffre d'affaires depuis la mi-mars. Pour ne prendre qu'un exemple, la "Ruche qui dit oui" spécialisée dans la distribution de produits frais locaux en direct du producteur au consommateur a vu son chiffre d'affaires tripler au cours des trois dernières semaines.

L'objectif est de mettre en lumière les initiatives qui sont le résultat d'une prise de conscience liée à la crise et qui, à terme, auront permis un saut technologique qui n'aurait pas eu lieu sans la pandémie.

Manger local

Pour gâter ses papilles et satisfaire ses envies, les offres ne manquent pas. Du plat principal au dessert, tout est en ligne. Même les restaurateurs, fortement touchés par la crise, tentent de maintenir le lien avec leur clientèle.

Un grand nombre de restaurants se tournent vers la livraison, le "take-away" ou encore la vente en vrac de leur stock périssable pour limiter la perte de chiffre d'affaires. Cependant, ces décisions changent au jour le jour et il est difficile pour les consommateurs de savoir ce qui est ouvert ou fermé dans le contexte actuel. Pour répondre à ce besoin, une liste, mise à jour en direct par les restaurateurs eux-mêmes, est désormais disponible grâce à l’aide de plusieurs acteurs, tels que CentralApp, le groupe Facebook "Aide aux restaurateurs #COVID19", le guide du "Petit Futé" et la société de livraison Deliveroo, qui ont créé "aide-aux-restaurateurs.be".

Pour les citoyens qui souhaitent cuisiner eux-mêmes et manger local voire bio, la plateforme "mangezlocal" propose de faire le lien entre les clients, les producteurs locaux et leurs points de vente répertoriés par codes postaux. Dans le même ordre d'idées, l'Agence Wallonne pour une Agriculture de Qualité (APAQW) dresse sur son site une cartographie des agriculteurs vendant directement aux consommateurs .

Enfin, Pâques est une période critique pour les chocolatiers. Callebaut Gourmet Bénélux l'a bien compris et a lancé sa plateforme "passansmonchocolat" qui regroupe déjà 70 chocolatiers belges. Les commerçants qui s'y inscrivent peuvent facilement préciser les services qu'ils proposent (livraison à domicile, commande en ligne et/ou enlèvement en magasin). Grâce à une fonction de recherche géolocalisée, les clients peuvent facilement trouver les chocolatiers et pâtissiers qui restent en activité près de chez eux.

Et sur la plateforme Digital Wallonia :

Bouger à la maison

Le temps du confinement est propice à la préparation de bons petits plats issus d'une agriculture locale de préférence, mais ce n'est pas sans impact pour la ligne ... Heureusement, le sport est encore possible en dehors du jogging et du vélo.

En effet, ces deux dernières semaines, beaucoup de salles de sport ont lancé des Facebook Live pour des cours collectifs ou des chaînes Youtube permettant de faire sport dans son salon. Deux exemples parmi tant d'autres : la chaîne YouTube du coach sportif Jonathan Hertzet kinésithérapeute à la salle "Sports et Forme" de Vivegnis en Province de Liège. Et celui de la liégeoise Julie Debatty, ancienne championne du monde de karaté, qui propose ses cours de kaerobic et de body girly en ligne depuis la fin mars.

Et sur la plateforme Digital Wallonia :

Bricoler

Les principales enseignes de bricolage actives en Wallonie sont familières de l'e-commerce.

Brico, Hubo, Gamma et Mr. Bricolage ont des e-shops qui fonctionnaient bien avant la crise mais ils le rappellent avec force sur leurs sites respectifs : bien que leurs magasins soient fermés, leurs e-shop restent ouverts avec des possibilités de livraison à domicile dès 120 euros d'achats hors frais de livraison.

Et sur la plateforme Digital Wallonia :

Jardiner

En ce début de printemps, ceux qui ont la chance d'avoir un jardin aimeraient semer et jardiner pour profiter au mieux du (beau) temps. Les horticulteurs, les pépiniéristes et les jardineries souhaitent rencontrer cette volonté grâce au site "les artisans du végétal". Cette plateforme rassemble une série de commerçants horticulteurs qui livrent sans contact en Wallonie.

Et sur la plateforme Digital Wallonia :

Communiquer

Dès la mi-mars, Proximus, Telenet, Orange Belgium, Scarlet et Voo ont annoncé des gestes commerciaux  de deux types pour aider leurs clients à traverser la crise sanitaire.

D'une part, une augmentation gratuites des forfaits data pour faciliter le télétravail entre autres. D'autre part, un accès gratuit temporaire à des offres payantes telle que la chaîne 13 spécialisée dans les séries pour les clients de Proximus ou encore l'accès aux chaînes BeTv du côté de chez VOO.

L'initiative DIGGIT de Proximus va plus loin en proposant aux ados (digital natives) qu'ils soient clients ou non d'être les guides des seniors dans l'appropriation des nouvelles technologies afin de limiter l'isolement de ces derniers. A cette fin, DIGGITt offre une plateforme en ligne à toutes les écoles et associations de jeunes (écoles de devoirs, maisons des jeunes, ...) soucieuses de partager leurs connaissances digitales avec des seniors. La plateforme présente plusieurs modules d'apprentissage vidéos portant sur la communication en ligne, le partage d'images, la recherche d'informations sur le Web ou encore la cybersécurité. Par ailleurs, un ensemble de kits pédagogiques est à la disposition des enseignants. Ils peuvent utiliser ces outils gratuitement pendant leurs cours pour développer les compétences digitales de leurs élèves.

Se former pour se lancer


La Wallonie offre à ses commerçants des formations à distance relatives à l’usage des technologies pour maintenir l’activité durant le confinement. 

Dans le cadre de Digital Wallonia, le Ministre de l'Economie et du Numérique du Gouvernement Wallon a chargé le SNI (Syndicat Neutre pour Indépendants), en partenariat avec l'AdN, d'offrir aux commerçants wallons la possibilité de se former en ligne gratuitement à l’usage des réseaux sociaux et de l’e-commerce pour maintenir une activité économique en ces temps de confinement. Pour ce faire, il invite tous les commerçants sur la plateforme e-Learning du projet "Digital Commerce" : www.formationdigitalcommerce.be

Plus que jamais, un profil Google My Business bien documenté, un site web ou encore une page professionnelle sur Facebook, Instagram, permettent de maintenir un lien fort avec sa clientèle et d'être visible par rapport aux recherches effectuées par les internautes afin de ne rater aucune vente.

Cette crise est donc aussi un signal d'alarme pour rappeler que le marketing digital est un corollaire indispensable à toute activité commerciale. L'émergence de ces nouveaux services sera, on l'espère, l'occasion pour les petits commerçants de franchir un saut technologique en matière de vente en ligne.

À propos de l'auteur.

Hélène Raimond


Agence du Numérique