Le gouvernement wallon adopte le décret Open data

Le décret "Open Data" adopté par le Gouvernement wallon

Le gouvernement wallon, en collaboration avec celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a validé le décret « Open Data » qui permettra d’ouvrir à tous les données au format numérique des services publics

Dynamique « Open Data »

La stratégie numérique de la Wallonie a identifié les données publiques comme une source majeure de nouveaux services, de création de valeur, de production de connaissance et de participation citoyenne. Cela passe notamment par une véritable dynamique en matière d’Open Data en capitalisant sur les initiatives existantes et en identifiant les gisements de données au sein des services publics.

Le gouvernement wallon, associé à celui de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a validé jeudi un décret « Open Data » visant à ouvrir à tous les données au format numérique des administrations publiques de manière à pouvoir les réutiliser facilement, que ce soit par les citoyens, les entreprises ou les administrations elles-mêmes. Il s’agit de la transcription de la directive européenne PSI (Public Sector Information).

C’est à travers data.digitalwallonia.be, plateforme de la Wallonie numérique mise en œuvre par l’ADN (Agence du Numérique), que cette réutilisation des informations du secteur public sera organisée.

La Wallonie travaille également en collaboration étroite avec les autres entités fédérées, l’Etat fédéral et l’Europe sur des modèles de licences communes pour encadrer les conditions de réutilisation des données. Cette cohérence est indispensable pour généraliser la réutilisation des données à l’échelle européenne.

La prochaine étape sera l’adoption du texte par le Parlement wallon.

Qu’est-ce que l’Open Data ?

L’Open Data est la mise à disposition (sous licence), de données publiques, dans des formats adaptés, pour permettre la création de nouvelles applications permettant de conférer une réelle valeur ajoutée à ces données: applications composites, tableaux de bord et info-visualisation, transports publics, géolocalisation, cartographie, applications d’intérêt public, etc.

Les entreprises privées, les porteurs de projets numériques ou les citoyens trouvent là le moyen d’opérationnaliser rapidement leurs idées innovantes. Les services publics, quant à eux, peuvent considérablement améliorer leurs échanges d’informations, mais aussi bénéficier des effets de l’innovation ouverte, par exemple au travers d’hackathons.