Retour cycle de conférences Smart Farming

Conférences Smart Farming. Les messages clés

Le numérique est de plus en plus présent dans les exploitations agricoles. Guidage GPS et logiciels d’aide à la décision font déjà partie intégrante de certaines fermes. D’autres technologies (robots, drones, cloud), jusqu’à présent moins utilisées par les agriculteurs, apparaissent désormais dans le paysage agricole.

Agriculture et numérique sont de plus en plus souvent associés dans l’actualité et de nombreuses questions émergent. Quels enjeux et opportunités pour l’agriculteur ? Le numérique va-t-il révolutionner l’agriculture ? A-t-on le choix ? Quelle technologie pour quel usage ? Etc.

Autant de questions que la CBC banque a souhaité adresser directement aux agriculteurs wallons lors d’un roadshow « Agriculture Numérique ». En tant que banque partenaire du secteur agricole en Wallonia, CBC banque juge qu’il est important d’informer ses clients sur les enjeux de demain. De véritables opportunités sont à saisir, notamment sur la réorganisation des filières. Il est crucial que les agriculteurs soient une partie prenante de la chaîne de valeur tout en ne perdant pas de vue que le digital reste au service de l’humain, et non l’inverse.

Les troix conférences organisées en février 2017 à Amay, Mons et Gembloux ont rassemblé plus de 600 agriculteurs.

Ce roadshow a été l’occasion:

  • de présenter les résultats de l’étude sur la transition numérique du secteur agricole wallon réalisée en 2016 par la CBC,
  • d’exposer des témoignages d’agriculteurs ayant intégré une dimension numérique importante dans leur activité,
  • de collecter des informations sur la perception du numérique par le monde agricole en Wallonie.

Agriculture et numérique : état des lieux en Wallonie

Selon l’observatoire CBC sur la transition numérique, 60% des agriculteurs wallons utilisent internet pour leur activité au bureau  contre seulement 12% sur le terrain.

La tendance est similaire pour les outils numériques utilisés.

Parmi les agriculteurs qui utilisent internet:

  • 68% d’entre eux utilisent des outils classiques (email, moteur de recherche et réseaux sociaux),
  • 17% des logiciels de gestion,
  • 12% seulement des technologies de terrain (téléguidage, capteur, drone, etc.).

Cette étude permet d’établir un premier constat: les agriculteurs wallons semblent recourir aux outils numériques de façon assez classique alors que le Smart Farming offre une grande diversité de ceux-ci en permettant leur intégration sur l’ensemble de l’exploitation et de la chaîne de valeur.

Face à ce constat, il est important de sensibiliser les agriculteurs sur les dernières tendances en termes de transformation numérique et de les mettre en relation avec l’offre de produits et services numériques en Région wallonne. Ils pourront ensuite juger de l’intérêt de certaines technologies pour leur exploitation.

Les principales motivations liées à leur utilisation sont de:

  • lier les pratiques agricoles aux besoins personnalisés des cultures et du bétail,
  • développer des avantages économiques en stimulant la compétitivité grâce à des pratiques plus efficaces, mais aussi en créant de nouvelles opportunités commerciales grâce au temps libéré,
  • réduire les risques environnementaux et l’empreinte de l’agriculture en limitant, notamment, l’utilisation d’intrants.

Témoignages d’agriculteurs

Les 3 témoignages diffusés lors des conférences avaient pour thème:

 » agriculture numérique, bras de levier pour améliorer la rentabilité de nos exploitations? »

Chaque témoignage met en exergue l’amélioration d’un enjeu agricole grâce à l’intégration d’une technologie numérique spécifique.

Ces technologies sont, par exemple, utilisées comme moyens pour:

  • optimiser la gestion des exploitations (anticiper l’évolution des cultures, etc ),
  • développer la compétitivité (en gagnant du temps sur des tâches répétitives ayant peu de valeur ajoutée, etc),
  • créer de nouvelles opportunités (en consacrant du temps à de nouvelles activités avec plus de valeur ajoutée, etc  ),
  • utiliser moins d’intrants.

Finalement, ces vidéos montrent aussi que chaque situation est particulière et que l’utilisation des technologies numériques est à définir en fonction des spécificités des exploitations.

Perception du numérique par le monde agricole en Wallonie

Tout au long des conférences, des questions ont été posées aux participants sur 3 sujets clés

  1. Sensibilisation et besoin en information.
  2. Intégration de technologies au sein des exploitations.
  3. Coopération et partage de l’information.

La première question ciblait l’intérêt porté à la thématique de la transformation numérique du secteur agricole.

90% des répondants se disent intéressés par le sujet:

  • 53% sont convaincus de l’importance du sujet,
  • 16% se disent simplement intéressés,
  • 21% sont intéressés, mais pas assez informés.

La deuxième question a été posée sur l’intérêt de l’intégration de nouvelles technologies (collier d’alimentation, GPS, capteur, etc.) permettant la gestion en temps réel de troupeaux et/ou de parcelles.

Il ressort que:

  • 53% des répondants ont confirmé être équipés ou en train de le faire,
  • 45% n’ont pas encore essayé d’intégrer ces technologies sur leur exploitation mais trouvent cependant le sujet intéressant,
  • 2% d’entre eux seulement n’en voient pas l’intérêt.

Finalement, la dernière question portait sur l’intérêt d’intégrer davantage de coopération entre les exploitations agricoles au niveau du partage d’informations, de matériel ou de main d’œuvre, etc.

Parmi les répondants:

  • 58% souhaitent plus de coopération.
  • 33% aimeraient aussi plus de coopération, mais pensent que cela reste une utopie.
  • 10% ne trouvent pas cette proposition intéressante et, certains estiment cela potentiellement risqué.