Baromètre 2016 de maturité numérique des entreprises wallonnes

Baromètre 2016 de maturité numérique des entreprises wallonnes

Les niveaux d’équipements et d’usages numériques des entreprises wallonnes enregistrent des progrès significatifs. Mais elles doivent encore relever le défi de la transformation numérique de leurs processus et de leur business modèle. Pour la première fois, l’AdN propose également un modèle de maturité numérique global pour les entreprises.

Télécharger le document complet du baromètre 2016 de maturité numérique des entreprises wallonnes.

Principaux équipements et usages numériques

Les entreprises wallonnes équipées, connectées et dans le cloud

Les entreprises wallonnes utilisent largement l’ordinateur (92%) et la connexion haut débit à Internet (90%).

Parmi les autres indicateurs importants, on relève que parmi les entreprises wallonnes :

  • 71% (+4 points) utilisent au moins une application en mode Cloud. 37% (+8) archivent des données via Internet;
  • 48% (+16) déclarent que certains de leurs collaborateurs utilisent une connexion mobile à Internet (voir plus bas).
  • 47% (+15) envoient des factures électroniques, même si c’est majoritairement par e-mail. Seulement 8% de ces factures électroniques résultant d’une véritable automatisation de traitement entre émetteur et récepteur.
  • 49% (+4) réalisent des achats par voie électronique, mais principalement pour des fournitures (66% des achats). Les matières premières ne représentent que 20% des achats électroniques.

Plus de sites Web, mais trop peu mobiles, interactifs et analysés

40% (+7) des entreprises wallonnes ont un site Web. Mais 15% seulement de ces sites sont adaptés aux terminaux mobiles. C’est un véritable handicap pour capter des clients et prospects hyper-connectés, puisque trois Belges sur quatre possèdent un smartphone.

La gestion des sites web laisse également à désirer. 50% des entreprises dotées d’un site n’assurent aucun suivi des performances de ce dernier. Quand il existe, ce suivi reste basé sur le nombre de visiteurs uniques et de pages vues. Seulement 7% des entreprises ayant un site analysent leur taux de conversion et 8% dressent le profil de leurs visiteurs. Ce manque de suivi prive les entreprises d’un atout concurrentiel important.

Peu de sites sont véritablement interactifs. Seulement 22% des sites permettent de faire des devis en ligne et à peine 17% offrent la possibilité de commander en ligne.

Enfin, 45% des sites bénéficient d’une mise à jour au moins annuelle, alors que 42% des sites ont plus de trois ans dans leur version actuelle.

Digital Workplace

Le numérique transforme les modes de travail (mobilité, télétravail) et de communication interne et externe de l’entreprise (connexion à toute heure et en tout lieu). Cela impacte inévitablement la gestion des ressources humaines et l’organisation du travail.

Progression du télétravail et du BYOD …

48% des entreprises wallonnes déclarent que au moins un collaborateur utilise une connexion mobile à Internet dans le cadre professionnel.

Le travail en dehors des murs de l’entreprise et des heures de bureau se précise. Ainsi, 37% des entreprises de 2 travailleurs et autorisent le télétravail et 43% acceptent que son personnel se connecte avec un terminal privé au réseau interne de l’entreprise (BYOD ou Bring Your Own Device).

Le télétravail et le BYOD sont des indicateurs importants de transformation numérique car ils modifient les habitudes de travail. En effet, le télétravail impacte les méthodes de management et d’évaluation des collaborateurs, tandis que le BYOD implique une plus grande flexibilité du département informatique pour adapter la sécurité et les applications au fait que des terminaux extérieurs se connectent au réseau de l’entreprise.

… mais trop faibles digitalisation et intégration des flux d’information

Peu d’entreprises wallonnes ont mis en place un véritable traitement automatisé de leurs flux d’information.

On regrettera notamment le manque d’automatisation et d’intégration des processus :

  • de gestion des relations client : 18% des entreprises disposent d’un CRM,
  • de traitement des commandes : 62% des commandes électroniques sont des e-mail valant bon de commande,
  • des achats électroniques : 58% des entreprises faisant des achats électroniques doivent les encoder manuellement dans leur comptabilité.

Vente en ligne

15% des entreprises wallonnes déclarent vendre en ligne. C’est la première augmentation significative en cinq ans.

Ce progrès doit toutefois être tempéré par le fait que parmi ces entreprises qui ont ajouté un canal de vente numérique à leurs canaux traditionnels de distribution, la plupart n’ont pas encore numérisé et intégré leur processus de vente.

Nos entreprises restent également en retard en ce qui concerne l’e-business B2B. Seulement 58% des e-commerçants wallons, soit 8,7% des entreprisesont pour clients d’autres entreprises. D’autre part, le taux d’interconnexions informatisées entre entreprises n’est que de 12%. Enfin, seulement 5% disposent d’un d’extranet.

Facteurs déterminants pour la maturité numérique des entreprises

La taille des entreprises

97% des entreprises wallonnes emploient moins de 10 travailleurs. La taille est un facteur particulièrement impactant sur les taux d’usages avancés du Numérique.

La relative faiblesse d’indicateurs importants, par exemple les 14% des entreprises disposent d’un informaticien en interne ou les 40% disposant d’un site Web, s’explique par la très forte représentation des petites structures.

Ainsi, le taux de présence d’un informaticien en interne monte à 35% dès que l’on envisage uniquement les entreprises de 10 travailleurs et plus. Le taux d’équipement en sites Web passe quant à lui à 75%.

Le caractère technophile des secteurs d’activité

Autre constat majeur, les principaux secteurs en termes de nombre d’entreprises sont peu technophiles, à l’exception des activités de consultance pour le secteur des services aux entreprises et, dans une certaine mesure, du secteur de la santé.

Le top cinq des secteurs les plus importants de l’économie wallonne se compose des secteurs du commerce de détail (19% des entreprises régionales), des services aux entreprises (16%), de la construction (12%), de la santé (11%) et de l’agriculture (9%).

Ces secteurs restent relativement peu soumis à la concurrence directe des grands groupes internationaux ou des nouveaux entrants qui bouleversent leurs marchés par des usages numériques très innovants.

Le rayon d’action des principaux secteurs de notre économie régionale étant plus local et plus industriels, l’innovation y est malheureusement, plus lente.

L’aire de concurrence et les exportations

L’aire de concurrence et les activités à l’exportation ont une influence sur la maturité numérique des entreprises. Ainsi, une entreprise soumise à une pression forte de concurrents étrangers ou présente sur des marchés internationaux, va plus rapidement, et de manière plus intense, recourir aux technologies numériques pour consolider, développer ou transformer ses activités.

Malheureusement, seules 20% des entreprises wallonnes exportent et 16% ont identifié des concurrents en Europe ou ailleurs dans le monde.

L’appartenance à une structure plus large

Le besoin de partager l’information, et donc de la digitaliser, est plus fort au sein d’un groupe d’entreprises qui doit fonctionner de manière cohérente.

Dans la même logique, même si le constat est plus limité, l’hébergement d’une entreprise dans un incubateur est un autre facteur favorisant la transformation numérique, l’adoption des technologies numériques y étant facilitée grâce à une infrastructure IT performante et mutualisée.

Mesurer la maturité numérique

L’Agence du Numérique propose de mesurer le niveau de maturité numérique des entreprises via un score global moyen, basé sur l’ensemble des indicateurs d’équipements et d’usages numériques.

Ce score détermine à quelle étape de leur transformation numérique se situent nos entreprises. Il est articulé sur un modèle de transformation numérique structuré en 4 axes :

  1. digitalisation de l’infrastructure IT,
  2. digitalisation de l’organisation du travail,
  3. digitalisation des flux d’information et des processus de travail,
  4. digitalisation de la vente et des services aux clients.

Ce modèle a le mérite de la simplicité, notamment par rapport à ceux proposés par les grands cabinets de consultance. Il permet en outre de décliner les objectifs stratégiques de transformation numérique en décisions opérationnelles mesurables. Enfin, il est adapté à la taille des entreprises wallonnes.

Sur base des résultats du baromètre 2016, on constate que le processus de digitalisation des entreprises s’opère le plus souvent en cascade, en partant de l’infrastructure IT pour se terminer par les aspects les plus avancés, comme la digitalisation de la stratégie commerciale et des services aux clients.

On peut ainsi schématiser le processus de digitalisation en 4 étapes successives qui devraient se répéter régulièrement pour créer un cercle vertueux d’innovation technologique.

La maturité numérique moyenne des entreprises wallonnes se situe à 21. Il faut souligner que le maximum possible de 100 est un objectif virtuel puisque l’adoption de technologies numériques et le développement de nouveaux usages n’ont de sens qu’en fonction de l’activité et de la taille de l’entreprise. Il est donc impossible de rencontrer tous les critères simultanément.

Maturité des entreprises wallonnes

Comme tous les indicateurs de ce baromètre, le score global moyen de maturité numérique est fortement corrélé à la taille des entreprises. Ainsi, le score moyen global de maturité numérique des PME est de 25 (+ 4 par rapport aux TPE) et de 48 si l’on envisage uniquement les grandes entreprises.

On observe toutefois clairement une courbe décroissante des scores moyens de maturité numérique depuis l’infrastructure IT jusqu’à la digitalisation de la vente quelle que soit la taille d’entreprises envisagée.

Conclusion : les entreprises wallonnes doivent intensifier leur transformation numérique

Les entreprises wallonnes ont adopté en partie les technologies numériques et développé de nombreux usages de celles-ci, mais elles n’ont pas encore suffisamment réformé les processus de travail et automatisé les flux d’information de manière à retirer les avantages concurrentiels que procure une digitalisation plus complète de l’entreprise.

L’Agence du Numérique insiste sur l’importance des mesures de sensibilisation aux enjeux du numérique et d’accompagnement à la croissance par le numérique, particulièrement dans un contexte spécifique à la Wallonie où les plus petites structures restent trop isolées ou se considèrent à tort immunisées face aux défis de la transformation numérique.

Digital Wallonia : accélérer la transformation numérique de l’économie wallonne

L’économie par le numérique est l’un des 5 thèmes structurants de Digital Wallonia. L’objectif est de faire du numérique un moteur de croissance des entreprises et un levier puissant du redéploiement industriel, en focalisant les investissements sur l’industrie 4.0 et le développement d’écosystèmes, pour stimuler les interactions entre l’offre du secteur numérique et la demande des autres secteurs économiques.

Le numérique représente un enjeu majeur et transversal, véritable levier de différenciation, de développement et de croissance pour l’ensemble de l’économie, et de compétitivité pour les entreprises capables de l’exploiter dans leur chaîne de valeur et leur modèle d’affaires.

Des actions sont ou vont être prises au niveau de la sensibilisation, mais surtout de l’accompagnement de la transformation numérique des entreprises wallonnes, indépendamment de leur taille et de leur secteur d’activité.

Plus d’info sur « économie par le numérique » : https://www.digitalwallonia.be/entreprises/