Baromètre citoyens 2015

Baromètre 2015 des usages numériques des citoyens wallons

L’Agence du Numérique a mesuré le niveau d’intensité numérique des citoyens wallons, au travers du niveau d’équipement des ménages (connexion Internet, ordinateurs, smartphones, …) et de leurs usages numériques (e-commerce, usages mobiles, cyber-sécurité, télétravail, …).

Equipements numériques des ménages wallons

Connexions à Internet

80% des ménages wallons disposent d’une connexion à Internet. 87% d’entre eux en sont satisfaits ou très satisfait, mais 13% se plaignent de lenteurs ou de coupures de la connexion.

90% des ménages connectés (72% de tous les ménages) disposent aussi d’une connexion WiFi. Celle-ci est sécurisée 9 fois sur 10.

Ordinateurs

78% des ménages wallons disposent d’au moins un ordinateur fixe ou portable. C’est 2% de moins qu’un an auparavant, mais cette légère diminution est largement compensée par une augmentation significative des tablettes tactiles, passant de 28% à 40%.

2 à 3% des ménages ne se connectent plus via l’ordinateur, mais bien via la tablette numérique et/ou le smartphone. Dans l’ensemble, les terminaux sont de plus en plus mobiles puisque le parc, hors smartphone, est composé de:

  • 26% d’ordinateurs fixes,
  • 48% d’ordinateurs portables,
  • 26% de tablettes.

52% des foyers disposent d’au moins deux terminaux.

Télévision

97% des ménages disposent de la télévision et celle-ci est largement numérique, puisque 80% ont une télévision à écran plat ainsi qu’un décodeur numérique. Toutefois, la concurrence de l’ordinateur ou de la tablette est bien réelle:

  • 22% des répondants utilisent parfois ces terminaux pour regarder des émissions de télévision,
  • 3% indiquent même que ces terminaux remplacent purement et simplement la télévision.

Téléphonie mobile et smartphones

93% des citoyens de 15 ans et plus disposent d’un téléphone mobile. Il s’agit d’un smartphone chez 39% des Wallons, ce qui leur ouvre l’accès au monde des applications numériques.

Hormis chez les personnes âgées, pratiquement tous les wallons adolescents ou adultes disposent au moins d’un GSM, voire d’un smartphone. En effet, jusqu’à l’âge de 50 ans, ce sont pas moins de 99% des personnes qui disposent d’un téléphone mobile. De plus, on le trouve dans 96% des ménages et, dans 69% des cas, il y a autant de téléphones mobiles que de personnes dans ce ménage.

La conversion du GSM vers le smartphone est en pleine croissance, puisque leur détenteurs sont passés de 25 à 39% en un an. Ce sont d’abord les plus jeunes qui en sont friands. La présence du smartphone est en effet presque inversement proportionnelle à l’âge de son propriétaire, diminuant quasi linéairement de 70% chez les 15 à 19 ans à 1% chez les 75 ans et plus.

Le niveau d’éducation est aussi très déterminant: 53% des téléphones mobiles sont des smartphones chez les personnes disposant d’un diplôme supérieur ou universitaire, alors que ce taux tombe à 23% chez celles n’ayant pas dépassé l’enseignement primaire.

Trois quarts des utilisateurs de smartphone se connectent quotidiennement à Internet via WiFi ou 3G/4G. Parmi nombre d’autres applications, ils exploitent notamment:

  • le courrier électronique (73%),
  • les réseaux sociaux (57%),
  • les messageries instantanées (56%),
  • la géolocalisation (45%).

Mais les wallons restent réticents à l’idée de payer les applications à installer sur leur smartphone. Seulement 18% des personnes ayant un tel appareil déclarent avoir acheté des applications payantes dans l’année. De même, l’usage du smartphone comme vecteur de paiement, par exemple pour des transactions en ligne, reste limité et utilisé par seulement un quart des détenteurs de smartphones, soit 9% de la population totale.

Usages d’Internet

Intensité et lieux d’usage d’Internet

81% des Wallons de 15 ans et plus ont utilisé Internet au moins une fois au cours de l’année, et 71% quotidiennement. La fracture de genre subsiste, mais se résorbe progressivement avec 75% d’internautes femmes, contre 85% chez les hommes. Jusque 65 ans, l’usage est soutenu, variant de 97% chez les 15-29 ans, à 82% chez les 45-65 ans, pour tomber à 46% ensuite.

Internet est d’abord utilisé massivement au domicile par 78% des Wallons. Mais il l’est aussi au travail (29% des citoyens ou 55% de la population active), chez les proches (32%), dans les points d’accès public, ou en situation de mobilité (24%). L’usage du WiFi hors du domicile est principalement concentré à l’hôtel ou au restaurant (70% des utilisateurs), dans la rue (39%) et dans les gares et aéroports (31%).

Un internaute utilise aussi de plus en plus deux (27% des Wallons) ou même trois (17%) terminaux différents pour se connecter, exploitant tour à tour l’ordinateur, la tablette ou le smartphone.

Types d’usages d’Internet

Au niveau des types d’usages, ils restent dominés par:

  • le courrier électronique qui reste le plus employé (89% des internautes),
  • les recherches sur le Web dont notamment celles sur l’actualité (77%) ou les loisirs (74%) ou encore la préparation des achats (74%), qu’ils soient en ligne ou non.

Les progressions les plus significatives, par comparaison à la situation deux ans plus tôt, concernent les achats en ligne et l’usage des réseaux sociaux qui intéressent tous deux 66% des internautes. C’est clairement Facebook qui capte l’essentiel des usages des réseaux sociaux avec 61% des internautes (49% des Wallons de 15 ans et plus). Enfin, 53% de ces derniers ont acheté en ligne au cours de l’année, marquant un net progrès par rapport à 2012 (44%).

Par contraste avec le profil des internautes, les non-utilisateurs d’Internet sont au deux tiers des femmes, et pour les  trois-quarts ont plus de 60 ans. Ce sont pour la grande majorité des retraités, préretraités ou des personnes qui n’ont pas d’activité professionnelle. Près de la moitié disposent seulement d’un diplôme d’études primaires.

Usages en matière de cyber-sécurité

La sécurité des données (confidentialité, persistance au-delà d’une attaque malveillante, problème technique) revêt une importance grandissante avec l’augmentation des usages numériques des citoyens. Cette problématique a fait l’objet d’un focus spécifique dans le baromètre.

92% des ordinateurs sont à présent protégés par un antivirus à jour (6% de plus qu’en 2008). 84% des utilisateurs réalisent régulièrement les mises à jour proposées pour le système d’exploitation et les applications, tandis que 72% tapent un mot de passe pour déverrouiller l’ordinateur, au démarrage ou après une mise en veille.

28% des utilisateurs indiquent que leur terminal, ordinateur, tablette ou smartphone contient des documents confidentiels ou des mots de passe. Toutefois, 44% de ces personnes ne protègent pas ces données de façon spécifique et 9% ignorent si une protection est appliquée. De même, lors de la transmission de données, notamment par e-mail, elles ne sont cryptées systématiquement que par 6% des utilisateurs et occasionnellement par 12%.

80% des utilisateurs d’ordinateur, tablette ou smartphone réalisent des copies de sauvegarde (backup) de leurs données importantes. Mais la fréquence de ces sauvegardes reste faible puisque 28% seulement les réalisent au moins une fois par semaine. De plus, les supports utilisés ne sont pas toujours très sécurisés puisque 33% utilisent des clés USB ou des cartes mémoire, et 29% un espace dédié sur le même ordinateur. 21% des utilisateurs prennent toutefois la précaution d’utiliser au moins deux supports différents.

De façon générale, on observe que ce sont les personnes disposant d’un plus haut niveau d’éducation et celles de la tranche médiane des âges (30-55 ans) qui appliquent plus souvent les mesures de sécurités, lesquelles restent par contre largement ignorées des utilisateurs plus âgés.

Concernant les incidents observés, hormis la réception de spam signalée par 62% des utilisateurs, la perte effective de données suite à des virus ou chevaux de Troie n’est plus rapportée que par 8% des utilisateurs contre 23% en 2008. 24 % des répondants ont toutefois rencontré au moins un autre incident de sécurité dans l’année parmi une liste d’une dizaine qui été proposée (vol de données, hacking de comptes, etc.) et 17% de ceux-ci ont déposé plainte pour ces faits.

Usages du télétravail et du coworking

Autre point d’attention particulier dans ce baromètre: le télétravail et le travail connecté. Ils ont fait l’objet d’une investigation limitée aux personnes s’étant déclarées employées dans le secteur privé ou public.

44% des employés pratiquent ainsi, au moins ponctuellement, une forme de travail mobile:

  • le plus souvent au domicile (35%),
  • dans des bureaux décentralisés (17%),
  • sur chantier ou chez des clients (12%),
  • dans des lieux publics (12%),
  • dans des espaces spécifiquement aménagés (4%), tels que les espaces de coworking.

Le télétravail, au sens strict, n’est autorisé par l’employeur que pour 29% des employés. Cette autorisation n’est valable de façon régulière pour au moins un jour par semaine que chez 16% des employés. Toutefois, parmi ceux pour lesquels le télétravail n’est pas autorisé, on en trouve 29% qui souhaiteraient pouvoir le faire et 25% qui font du travail connecté à domicile, souvent appelé télétravail « gris » ou informel. A l’inverse, un bon quart des personnes pouvant télétravailler ne le font jamais.

Le télétravail passe principalement par l’ordinateur portable, qui est souvent mis à disposition, pour 64% des employés qui déclarent télétravailler, mais ce n’est pas la seule ressource. On trouve aussi un accès VPN (53%), un GSM ou smartphone (52%) et divers accès à des applications d’entreprise.

Méthodologie de l’enquête

L’Agence du Numérique a mené cette enquête à la fin 2014 sur un échantillon de 2100 citoyens wallons âgés de 15 ans au moins.

Voir le baromètre complet: Baromètre Citoyens 2015.